samedi 30 mai 2020

À titre exceptionnel et temporaire, je mets en ligne le texte complet de l'article du monde suivant, à cause de l'intérêt suscité sur Facebook par une discussion sur ce sujet, menée entre autres par des personnes qui n'avaient pas lu l'article dans son entièreté, puisqu'il était réservé aux abonnés :

Coronavirus : la revue « The Lancet » apporte des corrections à son étude sur l’hydroxychloroquine

La conclusion de l’analyse rétrospective ayant mis en évidence une surmortalité chez les patients Covid-19 hospitalisés recevant le traitement préconisé par Didier Raoult reste inchangée. Certains demandent la transparence sur les données utilisées.
Par Publié hier à 10h24, mis à jour à 11h15
Temps de Lecture 5 min.


  • Article réservé aux abonnés
    Des pilules d’hydroxychloroquine, à Provo (Utah, Etats-Unis), le 27 mai.
    Des pilules d’hydroxychloroquine, à Provo (Utah, Etats-Unis), le 27 mai. GEORGE FREY / REUTERS
    C’est l’étude qui, après une série de signaux négatifs, a fait basculer les autorités sanitaires concernant l’efficacité et la sécurité du traitement à l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le Covid-19. Le 22 mai, la revue scientifique britannique The Lancet publiait une analyse rétrospective des dossiers médicaux de 96 000 malades, qui aboutissait à la conclusion que, loin d’apporter un bénéfice aux patients hospitalisés, la chloroquine et l’hydroxychloroquine, combinées ou non à des antibiotiques (dont l’azithromycine), entraînaient un risque accru d’arythmie cardiaque et de décès à l’hôpital.
    Dans la foulée, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a suspendu temporairement l’inclusion de patients recevant de l’hydroxychloroquine dans son essai clinique Solidarity. En France, le gouvernement, suivant l’avis du Haut Conseil de santé publique et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), a publié un décret abrogeant une dérogation qui avait permis l’utilisation de la molécule dans un contexte hospitalier contre le Covid-19. Et les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine ont été suspendus, le temps d’analyser les données.
    Lire aussi : Pourquoi le traitement à l’hydroxychloroquine est suspendu en France
    L’étude du Lancet a aussitôt été passée à la loupe, et sévèrement critiquée. Vendredi 28 mai, un court erratum du Lancet a répondu à une partie des interrogations, reconnaissant une erreur de codage et la publication d’un tableau de données redressées en lieu et place de données brutes. Mais sur le fond, « il n’y a pas eu de changement dans les conclusions de l’article », précise The Lancet dans ce correctif.
    Ces éclaircissements calmeront-ils les critiques ? Parmi les premiers en France, l’ancien ministre de la santé Philippe Douste-Blazy avait estimé que l’étude comportait de graves incohérences méthodologiques, avant de reconnaître qu’il l’avait pour partie mal lue. Mais certaines de ses interrogations trouvent leur réponse dans le correctif du Lancet.
    Lire aussi Etude sur l’hydroxychloroquine : les raccourcis et approximations de Philippe Douste-Blazy
    Qualifiant l’étude de « foireuse », le professeur Didier Raoult n’avait pas hésité à soupçonner ses signataires d’avoir manipulé les données, évoquant des « fake data » dans un Tweet en anglais. La version française était à peine plus mesurée : « Il n’est pas possible qu’il y ait une telle homogénéité entre des patients de 5 continents différents. Il y a manipulation préalable, non mentionnée dans le matériel et méthodes, ou ces données sont faussées », écrivait le directeur de l’institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection de Marseille. Le correctif du Lancet penche pour une troisième option : la publication erronée d’un tableau à la place d’un autre. Mais l’incohérence des données avait été justement pointée.

    « Attention médiatique »

    Le fil Twitter du professeur Raoult faisait aussi état d’un écart inexpliqué entre le nombre de patients comptés comme morts du Covid-19 en Australie dans l’étude du Lancet et un bilan moins élevé effectué par Canberra. L’infectiologue marseillais avait pris langue avec d’autres scientifiques critiquant la méthodologie de l’article du Lancet et relayé jeudi une proposition de lettre ouverte à la direction de ce journal médical, qui avait indiqué de son côté avoir demandé en urgence des explications aux auteurs.
    L’épidémiologiste James Watson (université d’Oxford), à l’origine de cette lettre ouverte, avait déjà listé, dans un post sur son blog hébergé par l’université Columbia, une série de questions méthodologiques, éthiques. Il y reconnaissait qu’il avait un intérêt dans l’affaire : il coordonne une étude clinique visant à prescrire l’hydroxychloroquine de façon préventive à des soignants. « L’étude du Lancet va inévitablement nuire à cet essai en raison de l’attention médiatique », écrit-il.
    Précédant l’erratum du Lancet, une enquête du Guardian avait déjà permis de lever une partie du mystère à propos du décompte des morts en Australie. La différence serait due à un mauvais codage des données, un hôpital asiatique s’étant par erreur identifié comme australien, avait indiqué au journal Sapan Desai, coauteur de l’étude et fondateur de l’entreprise américaine spécialisée dans les données médicales Surgisphere. Cette société a collationné l’ensemble des données anonymisées grâce à son vaste réseau de contacts avec des hôpitaux dans le monde.
    L’accès au jeu de données, afin de vérifier de façon indépendante la façon dont elles ont été analysées, est demandé par de nombreux observateurs. Didier Raoult en venait même, vendredi 29 mai, à s’interroger sur Surgisphere : « Nous nous posons des questions sur l’existence de l’entreprise Surgisphere, en charge de la collecte des données du Lancet. A notre connaissance, beaucoup de démentis mais pas un seul témoignage, ni d’un hôpital partenaire, ni d’un médecin ayant fourni des données sur l’étude », écrivait-il alors sur Twitter.

    « Ce n’est pas normal »

    Le corrigendum satisfera-t-il les observateurs, qui demandent à avoir accès à toutes les données pour vérifier leur qualité, voire leur réalité ? Sur son site, Surgisphere avait déjà répondu jeudi que, « comme pour la plupart des entreprises, l’accès aux données individuelles des hôpitaux est strictement réglementé. Nos accords d’utilisation des données ne nous permettent pas de rendre publiques ces données ».
    « Ce n’est pas normal, regrette l’infectiologue Yazdan Yazdanpanah (hôpital Bichat), qui siège aux deux conseils scientifiques Covid-19 mis en place par le gouvernement. On s’est beaucoup battus pour que les données concernant l’épidémie soient disponibles. Il est important qu’il y ait cette transparence. » Peut-être cette confidentialité a-t-elle été instituée pour protéger les hôpitaux qui se révéleraient moins performants dans la prise en charge des malades ? « Il devrait être possible de rendre accessibles des données qui ne soient pas au niveau de l’hôpital pour éviter toute stigmatisation », estime M. Yazdanpanah.
    Vendredi soir, Surgisphere a publié un nouveau communiqué pour expliquer sa démarche. Face au scepticisme ambiant sur sa méthode et ses données, l’entreprise indique avoir sollicité un « audit académique indépendant »: « Ce processus respectera des limites strictes en ce qui concerne nos accords d’utilisation des données, entre autres considérations. Nous procédons à un tel audit indépendant avec toute la diligence requise tout en veillant au respect de diverses préoccupations juridiques et réglementaires. »
    Selon Yazdan Yazdanpanah, étant donné les fortes mortalités révélées par l’étude du Lancet, et au vu de la faible efficacité du médicament, également soulignée par d’autres publications, il existait « un faisceau d’arguments » pour interrompre l’utilisation de l’hydroxychloroquine à l’hôpital. En revanche, M. Yazdanpanah estime toujours nécessaire de poursuivre son évaluation dans des essais cliniques randomisés contrôlés (comparant un groupe de malades recevant le traitement et un groupe de patients témoins comparables, constitués de façon aléatoire), si les données tirées à ce stade de ces cohortes ne mettent pas en évidence une toxicité manifeste.
    L’essai britannique Recovery n’a pas été suspendu pour cette raison. Les données de Solidarity (OMS) sont en cours d’évaluation, et le comité de sécurité de l’essai français Discovery devrait se réunir le 3 juin. L’étude du Lancet concluait elle-même que, pour statuer sur l’hydroxychloroquine, il était urgent de mener à leur terme des essais randomisés contrôlés.
    article ici
    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef :

    samedi 14 mars 2020

    Coronavirus : non aux coronâneries !

    Vu l'urgence, je reprends brièvement du service :

    Une page vitale, vu le nombre de coronichonneries qu'on lit, notamment sur les réseaux :

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/13/coronavirus-petit-guide-pour-distinguer-les-fausses-rumeurs-des-vrais-conseils_6032938_4355770.html?

    Et non, les boissons chaudes ne protègent pas du Covid-19 :

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/10/non-boire-des-boissons-chaudes-ne-neutralise-pas-le-coronavirus_6032531_4355770.html

    Tant qu'on y est, comment se laver les mimines :

    https://www.youtube.com/watch?v=seA1wbXUQTs

    À votre santé !

    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef :

    dimanche 3 décembre 2017

    Un p'tit festival Anne Sylvestre ?

    Ben pourquoi pas ? Comme ça, sans raison sauf le plaisir, l'émotion, l'humour, la tendresse dont cette artiste regorge - ce qui après tout sont d'excellentes raisons. Alors, voici quatre chansons très différentes l'une de l'autre. (Si vous voulez voir les vidéos en grand format, cliquez le carré qui apparaît à leur bas, à droite). Avec pour commencer, une oeuvre majeure. Oui, cette chanson, manifeste tendre et blessé, vous la connaissez certainement... Eh bien réécoutez-la, découvrez-la, peut-être pour la centième fois.



    Inclusive ou pas, l'écriture ?

    Entendons-nous : nous ne parlons pas ici de la féminisation des titres. Dire "une auteure", "une juge", "une avocate" est du bon sens et ne dérange personne (sauf peut-être quelques académiciens poussiéreux), d'autant qu'il est illogique de dire "une institutrice" tandis que diriger une université, fonction hiérarchiquement plus haute, vaut à celle qui l'exerce d'être "madame le recteur", horreur grammaticale qui heurte l'ouïe. Aucun bon sens en revanche dans l'écriture parfois dite, de façon discutable, "épicène", c à d les graphies ".e." et autres.

    samedi 2 décembre 2017

    Aider les artistes pour aider les migrants.


    J'ai découvert avec plaisir ce communiqué :
     "Artistes, Membres de l’Union, Collecteurs bénévoles, Directrices et directeurs de salles de spectacle, Spectateurs,
    Cette année L’UNION DES ARTISTES versera une partie de sa collecte à une plateforme citoyenne visant à venir en aide à la problématique liée aux migrants. Les violences humaines qui touchent durement les populations civiles dans les zones de conflit, toujours au mépris du droit humanitaire, sont de plus en plus nombreuses autour de nous et sur tous les continents. Le secteur culturel belge et l’Union des Artistes en particulier souhaitent montrer que nous ne sommes pas indifférents au sort tragique que connaissent certaines populations.
    Cette année, pour exprimer son soutien aux populations civiles en danger, l’Union des Artistes a décidé de rétrocéder une partie de sa collecte des « petits sabots » (aujourd’hui, des crayons !) pour initier des actions concrètes porteuses d’un changement positif pour leurs bénéficiaires. En espérant que l’action sera exceptionnelle ! C’est ainsi que nous sommes signataires d’une charte regroupant plusieurs partenaires au sein de « UNITED STAGE ».

    mardi 26 septembre 2017

    La forêt de Soignes, un terrain à "événements" ?



    J'ai reçu le texte ci-dessous. Tard. Il faut que les protestations partent par mail ce mardi.
    Je relaie cet appel avec d'autant plus de ferveur que je suis arpenteur fréquent du site menacé. Et menacé, il l'est, ce n'est rien de le dire.

    "
    De : Mouvement citoyen PAS QUESTION <mouvement=pasquestion.be@ mail133.suw16.rsgsv.net> on behalf of Mouvement citoyen PAS QUESTION <mouvement@pasquestion.be>
    Chers amis, chers Bruxellois,

    PAS QUESTION a décidé de vous alerter d'un autre dossier totalement scandaleux: le projet DROHME, qui se développe en ce moment à l'Hippodrome de Boitsfort, une enclave de 32ha en Forêt de Soignes.

    Sous couverture de l'aménagement d'un parc de loisir a destination des familles et des sportifs, c'est en réalité un vaste projet de transformation de tout le site de  l'Hippodrome en plate-forme événementielle privée qui se met en place (plus de 120 événement par an, dont 23 événements réunissant de 1.500 à 2.500 personnes sur le site, et 4 événements réunissant plus de 4.500 personnes, un parking 100% PAYANT de 405 places en zone forestière, etc...). Et le tout sans se soucier réellement des nuisances graves que cela va causer à la Forêt de Soignes et ses lisières, et à sa faune. Et sans tenir compte de la paralysie annoncée de l'axe de communication automobile essentiel qu'est la Chaussée de la Hulpe entre Uccle et Bruxelles-Ville/Boitsfort/Ixelles...

    Petite revue de presse et d'ailleurs.



    « Rapatrier des réfugiés dans une dictature sanglante"
    Hervé Hasquin sur les projets de Théo Francken, qui fait appel au Soudan pour identifier les soudanais qui en ont fui le régime.
    C'est ici

    La Procréation Médicalement Assistée... Discriminative ou non ?


    Ce texte est extrait de la lettre politique du 14 septembre de Laurent Joffrin, directeur de publication de Libération.

    Sans père

    Le débat sur la PMA reprend. Le gouvernement a annoncé son intention d’ouvrir la procréation médicalement assistée aux femmes seules et aux femmes homosexuelles : les opposants reprennent le sentier de la guerre. Les légions en loden et mocassins de la Manif pour tous et de Sens commun s’animent de nouveau. Dans une précédente lettre, j’ai salué cette décision, confirmée il y a deux jours par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité hommes femmes. André Sénik, philosophe, ancien militant de mai 1968, aujourd’hui venu à des positions nettement moins à gauche, et qui me fait l’honneur de lire régulièrement cette lettre, m’envoie l’objection suivante.

    lundi 25 septembre 2017

    Les guerres de religion : les plus meurtrières ?



    Voici la réponse que j'ai apportée à la question : "Les athées affirment souvent que la religion a tué le plus grand nombre de personnes dans l'histoire. Est-ce vrai ?". Elle était posée sur le site Quora, un site états-unien très intéressant (mais anglophone), sur lequel chacun peut poser des questions, de tous ordres, et chacun peut proposer une réponse. J'avais envie d'y répondre parce que je suis un peu lassé de voir des partisans un peu exaltés de la laïcité relayer sur le Web l'affirmation "La religion a tué bien plus de gens que le tabac", ce qui est parfaitement faux.

    mardi 22 août 2017

    Le PTB a-t-il exclu Christian Panier ?



    Grand branle-bas dans Landerneau : "Christian Panier exclu du PTB parce qu’il a accueilli Michelle Martin chez lui". Marée d'indignation. 
    Personne à ma connaissance ne rappelle un détail : Panier n'a pas été exclu du PTB. Si je lis bien le communiqué de ce parti (qui n'inventerait probablement pas ce genre de chose puisque l'intéressé prouverait aussitôt que c'est faux) Panier n'a pas repris sa carte il y a deux ans. Il ne l'a pas reprise l'année suivante. Il a voulu ensuite la reprendre alors que les divergences sur l'affaire Martin n'avaient en rien changé, il n'a donc, logiquement, pas été réintégré. Il me paraît dès lors faux d'affirmer qu'il a été exclu. Et délirant d'écrire qu'il y aurait là une police de la pensée, du stalinisme, le mépris de l'Etat de droit (?) etc. 


    Kaiser, vous nous manquez tant ...

    Clairvoyance impériale : "Je crois au cheval. L'automobile est un phénomène passager". Nous devons ces paroles définitives au dernier empereur d'Allemagne, Wilhelm II, qui abdiqua en 1918. La même année, il avait déclaré : "Un successeur de Frédéric le Grand n'abdique pas". Hélas, ce sympathique garçon s'avéra meilleur devin en déclarant : "La presse, les Juifs et les moustiques sont des pestes dont l'humanité devrait se débarasser. Je pense que la meilleure solution serait le gaz". 



    Mon ami Josy Dubié ajoute que le Kaiser est aussi directement responsable du génocide des peuples Hereros et Nama dans la colonie allemande du Sud Ouest Africain à partir de 1904. L’ordre d’extermination (Vernichtungsbefehl) officiel du général von Trotha, envoyé sur place par Guillaume II est libellé en ces mots : « Chaque Héréro trouvé à l’intérieur des frontières allemandes, armé ou non, en possession de bétail ou pas, sera abattu ».Ce document a été retrouvé dans les archives officielles allemandes. 80% de ce peuple a été massacré.

    Retour à l'accueil 
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef : Allemagne, histoire, Afrique

    lundi 21 août 2017

    Blues X-Large : Albert King-B.B King-Koko Taylor-Robert Cray-Ry Cooder-Etta James-Willie Dixon-Junior Wells sur scène (Vidéo)

    On ne s'est pas embêté à Los Angeles, lors des 29èmes Grammy Awards (1987). Quelques géants du blues y ont jammé à faire tomber les murs et se lever le public. 



    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef : Musique, blues, grammy awards, jam

    mercredi 7 juin 2017

    Adieu Anne


    J'ai appris ce matin avec grand chagrin le décès de mon amie Anne Lombard, longtemps monteuse TV à la RTBF. Elle est morte de maladie à 5h30, clinique Sainte Elisabeth, où on peut encore lui rendre hommage, au funerarium. Ses funérailles n'auront pas lieu en Belgique, mais à Lyon, dont elle était originaire.
    Photo d'un moment de joie partagée : Anne dans le jardin de sa maison en Bretagne, avec nos deux chiennes.
    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef :

    Concert du trio Tom Goldschmidt (vidéo)

    13 extraits d'un concert donné le 17 mars au Bizou (Bruxelles). Vous pouvez aussi voir la vidéo directement sur Youtube, https://www.youtube.com/watch?v=xYdJ8SIEaXU ce qui vous permettra d'ajouter un petit "like" (pouce en l'air à droite sous la vidéo) si ceci ne vous déplaît pas !


    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef : blues, chanson, poésie, Belgique, Tom Goldschmidt, musique.

    mardi 6 juin 2017

    ♫♪ Si ces migrants n'étaient pas venus... ♫ (vidéo)




    Ajoutons Zidane, Jammel Debbouze, Mika, Smaïn, Offenbach, Zola, Cendrars, Kessel, Kouchner, Goscinny, Uderzo, R. Badinter, Vadim, Ferrat, Françoise Giroud, Bérégovoy, Goldman, Lustiger, Cavanna, Stravinsky, Romain Gary, Zitrone, Cardin, Drucker, Kandinsky, Jonasz,  Kozma, Vartan, Chagall...
    Et si la Belgique avait refusé les migrants, vous ne m'auriez pas. En effet, mon père, qui avait fui son Allemagne natale à cause de son nom juif et de sa qualification d'ennemi politique, a trouvé asile en Belgique dans les années '30. N'empêche que lorsque la Wehrmacht est entrée en Belgique, il a quand même été arrêté... parce qu'allemand, donc possible collaborateur des nazis ! Pourtant ses papiers, comme ceux de beaucoup d'autres réfugiés, portaient la mention "Allemand non ennemi" ! Il fut mis dans un train qui n'a stoppé qu'au camp français d'internement de Gurs (Pyrénées Atlantiques).

    Un faux ! Deux faux ! Trois faux !


    Ce texte est introuvable sur les sites "Shakepeare quotes". Et il m'étonnerait qu'il ait été écrit par l'auteur de "La vie est un conte, dit par un idiot plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien" (Macbeth). Par contre, j'ai trouvé un site où l'on dément que ce soit de Shakespeare.
    Seul le passage "Avant..." existe, mais il est de William Arthur Ward, et il est cité de façon incomplète et fausse ("live" à la place de "give").

    lundi 5 juin 2017

    Wallonie : les annonces chien, chat, cheval interdites sur les réseaux sociaux.

    (Source RTL). 

    Désormais, en Wallonie, pour vendre ou donner chats, chiens et chevaux (uniquement), on ne peut plus publier que via des sites ou publications spécialisés, ou se faire enregistrer comme éleveur occasionnel. Mais cela limite extrêmement la portée des annonces. La personne qui doit se séparer de son chien pour raison grave a beaucoup plus de chances de lui trouver un bon home via les réseaux sociaux. Et passer par des sites spécialisés ne donne aucune garantie de bon traitement pour l'animal. Comme le note une amie : "Les réseaux sociaux étaient un bon vecteur d'annonce et voilà que c'est interdit... Comment s'assurer que les "preneurs" qui s'adressent aux réseaux officiels ne seront pas maltraitants? Comment avoir des nouvelles des chatons qu'on a vu naître et qu'on a accompagnés quelques semaines avec tendresse et attention?  ".

    dimanche 4 juin 2017

    Sportive et féministe !


    Qui est cette femme et pourquoi ces hommes tentent-ils de l'empêcher de courir ?

    "La" Pilule Au Pilori ? (vidéo)

    "Ringarde, la pilule ?" a titré tout récemment Le Vif.  "De plus en plus de femmes rejetteraient le "côté chimique" de la pilule. Elles souhaitent des moyens contraceptifs alternatifs et sans hormones, "naturels"", écrit la rédactrice, pour qui cette vague est à rapprocher de la montée du bio. C'est parfaitement possible, mais on peut aussi la mettre en parallèle avec la remise en question montante du droit à l'IVG, avec la célébration de la famille traditionnelle via les défilés de la "Manif Pour Tous", avec le développement d'une mentalité anti-médicale et a-scientifique (les vaccins tuent, le lait est cancérigène...), sous couleur de bio, de "naturopathie", d'un anticapitalisme vague et populiste, du retour de vieilles vessies déguisées en lanternes modernes , ou avec une certaine vision du féminisme. Une mienne amie écrit : "Que les médecins soient plus à l'écoute des patientes en ce qui concerne non seulement les effets secondaires, mais l'adhésion au type de contraception, c'est nécessaire. Mais quand je vois des féministes qui prétendent militer pour que "la femme retrouve la maîtrise de son corps" et qui vantent les méthodes "naturelles" qui ne sont que la méthode Ogino avec un bel emballage, j'ai envie de mordre".
    Dans ce contexte, la vidéo publiée par FranceInfo avec hélas beaucoup de succès est un exemple de contre-information et d'irresponsabilité. 

     


    mardi 16 mai 2017

    Anecdote personnelle, vécue, lamentable et drôle (vidéo)

    J'ose espérer que ce bref texte, dit lors du récent concert au Bizou pour illustrer la chanson "Soixantaine Blues", vous fera sourire. Si vous voulez faire connaître cette vidéo à d'autres (ce qui me fera bien sûr plaisir), ou si vous ne parvenez pas à voir la vidéo confortablement sur votre navigateur (plein écran pas disponible etc.), utilisez ou envoyez par mail ou publiez ce lien :
    https://www.youtube.com/watch?v=IYr1JnFnS34




    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef : 
    Humour, concert, chanson, spectacle

    "Macron" rime avec "Patron".


    J’ai trouvé fort intéressant l’article de Libération consacré au financement de la campagne qui a mené E. Macron à la présidence, http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/05/11/comment-en-marche-a-resolu-sa-question-de-fonds_1568975 .
    Je l’ai épinglé sur Facebook, on m’a répondu « Il n’y a rien d’illégal » (ce que
    d’ailleurs l’article souligne ), « Est-ce que l'argent qui soutient l'extrême droite est plus pur??? », « Je n'ai aucune idée de combien coûte un hologramme, mais il m'étonnerait que cela soit gratuit. », « Est-ce que tu connais un homme politique qui ne soit pas sponsorisé ? »…


    jeudi 4 mai 2017

    Concert du trio Tom Goldschmidt (vidéo)

    Extrait du concert donné le 17 mars au Bizou, Bruxelles, avec une nouvelle claviériste (et chanteuse). Le son est celui d'une caméra. Un enregistrement multipistes sera bientôt disponible. Si ceci fait partie du répertoire blues, le répertoire du trio est très majoritairement en français, dont bon nombre de compositions.


    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef : musique, chanson, blues, goldschmidt, trio

    Débat Macron-Le Pen : I Woke Up This Morning :


    « I Woke Up This Morning » : « Je me suis réveillé ce matin », phrase par laquelle s’ouvrent de nombreux blues. Ce jeudi, « I Woke Up This Morning » avec une désagréable sensation, celle d’avoir vu ou subi quelque chose de malpropre. Le brouillard se dissipant, j’ai compris d’où venait cette impression : il flottait encore dans ma cervelle quelques bribes du débat diffusé hier sur France 2 et TF1. Un débat salissant.
    Je ne suis pas seul de cet avis. Longtemps encore avant la fin, j’avais écrit sur Facebook : « Si l'on suit ce débat épouvantable jusqu'au bout, touche-t-on quelque chose ? Une indemnité ? Une intervention du Fonds des Calamités ? ». Jusqu’à présent, plus de cent personnes ont ajouté « J’aime ». La désillusion était d’autant plus grande que les télévisions, en lever de rideau, avaient montré quelques extraits de grands débats du passé, comme le fameux Mitterrand-Chirac de 1988. 
    La comparaison était cruelle.

    Roumanoff, La brebis Le Pen et l'agneau Macron


    Anne Roumanoff a dépeint l'actualité politique française sous forme de fable. Je trouve qu'avec son talent, elle aurait pu pasticher La Fontaine :
    "Une louve s'était déguisée en brebis
    Un renard, pour sa part, se grima en agneau.
    Propos de miel, de fiel, promesses, beaux habits :
    Ce pour se faire élire Prince des animaux".
    Mais c'est quand même chouette :


    La brebis Le Pen et l'agneau Macron

    Le troupeau réclamait du changement,
    les moutons disaient : "On voit toujours les mêmes!
    Il faut changer de système!"
    Les représentants du passé,
    le taciturne hibou Fillon, l'oiseau rêveur Hamon
    et Mélenchon le bouledogue révolté,
    furent renvoyés dans leurs prés carrés.

    Hitler a-t-il été élu démocratiquement ?

    Les élections présidentielles françaises m'ont donné l'occasion de réentendre à plusieurs reprises le traditionnel : "Hitler a été démocratiquement élu". C'est faux. Qui plus est, aux élections de novembre 1932, son parti était en recul avec 33% des voix. Il a été, non élu chancelier, mais nommé chancelier en janvier 1933 par le président Hindenburg avec le soutien d'une partie de la droite. Il a alors dissous le Parlement, limité les libertés, arrêté des opposants, organisé de nouvelles élections. Avec 43.9%, il a encore été obligé de s'appuyer sur deux autres partis pour obtenir une loi qui lui permette de gouverner par décrets. Après quoi, la voie était libre pour instaurer la dictature et faire approuver par un plébiscite la fusion des fonctions de président et de chancelier. Hitler se fait voter les pleins pouvoirs dans une atmosphère de terreur et de violence. Les mandats des députés communistes sont annulés. Ce qui a permis au parti nazi d'accéder au pouvoir, c'est la tolérance d'autres formations de droite, et le fait que communistes et socialistes.n'ont pas su s'unir pour organiser une résistance extra-parlementaire.

    Retour à l'accueil
    Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.

    Mots-clef : histoire, nazisme, Hitler, Hindenburg