jeudi 24 septembre 2009

Foulard À L'École : Les (Mauvais) Arguments Contre Une Loi.


Je mentionne dans l'article voisin la manifestation prévue ce 26 septembre contre les signes religieux à l'école et pour une législation en la matière. Evidemment, une réaction dans l'autre sens se fait jour. Une "Plate-forme laïque féministe contre l'interdiction du voile à l'école" s'est formée". Son argumentaire, que je reproduis intégralement en bas de page, s'ouvre par un fort mauvais procès.

"Nous voulons dire avec force que nous en avons assez de l'instrumentalisation qui est faite de l'émancipation des femmes pour interdire le voile à l'école. Comme s'il s'agissait là du dernier obstacle à la parfaite égalité entre hommes et femmes. Oubliées les violences, les inégalités professionnelles et salariales, la marchandisation du corps des femmes dans la publicité... Tous combats qui rassemblent l’ensemble des femmes, qu'elles soient voilées ou non."
Cele ne me semble plus un argument mais - sans ombre de preuve - de la calomnie.

Sans rouvrir ici le débat de fond, je vois au contraire le refus du voile à l'école comme faisant partie du combat féministe, comme indissociable de la nécessaire lutte contre les violences, les inégalités professionnelles et salariales, et contre la marchandisation du corps des femmes. Je pense que les signataires de cette plate-forme s'engagent dans un processus qui renforcera à terme la réaction anti-féministe, et mettra en danger les acquis emmagasinés par le mouvement des femmes, justement dans les domaines en question. La différence entre mon attitude et celle de la plate-forme, c'est que je concède à ses signataires qu'elles sont certainement, dans leur immense majorité, sincères et de bonne volonté. J'aimerais dès lors trouver un minimum de correction dans les arguments utilisés. Je suis écoeuré du raisonnement binaire qui mène à vous coller des étiquettes ignobles si vous ne partagez pas les vues de votre contradicteur. Vous n'approuvez pas la politique d'Israël ? Vous apprendrez, comme moi, que vous êtes antisémite. Vous n'approuvez pas le port du voile à l'école ? Vous êtes xénophobe, raciste - ce n'est plus tout à fait neuf - et voilà qu'en plus, vous vous fichez de la violence faite aux femmes, des inégalités salariales et professionnelles, de la marchandisation du corps des femmes ! Que vous ayez lutté pendant des décennies, dans les rues, dans des moyens d'expression, dans votre syndicat, contre le racisme, la xénophobie, le sexisme, peu importe ! Vous êtes un/e anti-féministe, un/e instrumentalisateur/trice, un/e raciste, bref un salaud/ une salope (oui, vérification faite, c'est bien le féminin de "salaud"). Bonjour débat fraternel et citoyen...

Je reste par ailleurs pantois devant la phrase : "Tous combats qui rassemblent l’ensemble des femmes, qu'elles soient voilées ou non". Si vous voulez trouver des femmes qui n'en ont rien à fiche de la violence faite aux femmes ou des égalités de salaire, venez faire la causette dans les boutiques de mon quartier. Vous rencontrerez peut-être ces femmes qui m'expliquaient que en Belgique, la loi est mauvaise pour les femmes (Ah, me disais-je, des féministes) parce que... Parce qu'elle permet aux femmes d'être "méchantes avec leur mari", de le quitter ou de le battre (sic). Et parce que des juges donnent raison à des femmes contre leur mari, ce qui ne devrait pas être. Je vous retrouverai peut-être cette dame musulmane (sans foulard) qui m'expliquait au sortir d'un débat son immense déception. Elle avait passé sa vie à lutter pour l'émancipation et la progression sociale des femmes issues de l'immigration, mais l'influence de la prédication était devenue si forte ces dernières années que ses trois filles portaient le voile, refusaient d'apprendre un métier, et lui avaient déclaré qu'elles voulaient vivre à la maison et avoir pour seul travail de servir leur mari. (Mais si vous voulez rencontrer des femmes, ne venez pas le soir, parce que le soir, les rues sont réservées aux hommes).

Lacordaire ou les coups

Je lis encore qu'"aucune émancipation ne peut être imposée de l'extérieur". Les auteur/es ignorent ou refusent la phrase de Lacordaire : "Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit". Leur formule fait bon marché, par exemple, de la fin de l'esclavage aux USA, de la Libération, du Mouvement des Droits Civiques, mais aussi ... de la lutte contre la violence envers les femmes. On aurait pu croire que la circulaire Onkelinx demandant la tolérance zéro contre les violences conjugales avait quelques aspects positifs. Si "aucune émancipation ne peut être imposée de l'extérieur", il faudrait pourtant conclure que les femmes doivent refuser avec hauteur l'aide des Parquets et retourner s'offrir aux beignes.
Mais à propos de ce qui est "imposé de l'extérieur", on aimerait lire dans ce texte quelque réaction aux constatations effectuées par le pourtant prudent Centre d'Action Laïque : « Les témoignages qui remontent des écoles (...) font de plus en plus état du harcèlement que subissent certaines jeunes filles musulmanes, quand elles ne portent pas le foulard islamique ». « Nous avons aussi été frappés par le revirement de la directrice de l’athénée d’Anvers, qui n’était pas favorable à l’interdiction, mais qui a fini par s’y résoudre étant donné les problèmes de prosélytisme constatés ». « Le foulard islamique est clairement devenu un instrument de prosélytisme, il est instrumentalisé par certains imams et les milieux conservateurs. Nous ne voulons en aucun cas stigmatiser les jeunes filles qui subissent ces pressions ». Toujours à propos d'"imposer de l'extérieur", Chris Weyers, directrice de l’athénée de Hoboken, qui avait accepté le port du foulard, a changé de cap, déclarant que ses élèves subissaient des intimidations dans l'école comme à l'extérieur. Sa consoeur anversoise Karin Heremans, d'abord favorable à l'autorisation du foulard, s'est elle aussi résolue à l'interdire pour des raisons semblables. Si les signataires du texte sont si attachées à la liberté, ne pourraient-elles consacrer quelques lignes à cet aspect pourtant fondamental ?

Et à propos d'imposer ... que deviennent les parents non-musulmans, ou musulmans non partisans du voile (qui n'est pas un prescrit coranique), parents qui refusent qu'on imprime dans la tête de leur enfant, toute la journée, année après année, une image infériorisante des filles, ce que le port du voile à l'école fait, infiniment plus que le port du voile dans la rue. En effet, en classe, ce port apparaît avec l'accord de cette autorité morale qu'est l'école. Le texte (comme d'autres argumentaires semblables) fait complètement l'impasse sur cette question ; on croirait que seule la sensibilité des élèves et parents pro-foulard doit être prise en compte. Pour tous ces parents tant soit peu progressistes, ou simplement partisans de l'égalité, une législation sera un soulagement.

Un repli ? Merci, on en a déjà un.

Poursuivons :
"la première condition pour que les femmes aient réellement le choix de leur vie, c'est l'indépendance économique, qui résulte de l’accès à l'éducation et l'emploi."
Nous sommes d'accord, avec cette précision que certaines femmes ont économiquement les moyens de leur indépendance, mais ne peuvent pas l'exercer, à cause d'aliénations qui ne sont pas économiques.
"L'interdiction du voile risque de pousser certaines jeunes filles vers un repli sur leur famille et leur communauté, les privant ainsi de possibilités de se frotter à d'autres conceptions des rapports femmes/hommes et du rôle que peuvent jouer les femmes dans la société, entre autres".
Ce serait l'interdiction du voile qui pousserait vers un repli ? Comme si ce repli avait eu besoin de l'interdiction du voile pour exister ! Son importance chez les jeunes inquiète même des adultes musulmans. J'ai fait du travail de quartier voici déjà un certain nombre d'années, cela m'a montré la réalité de ce repli, le peu de perméabilité d'une communauté fort peu à l'écoute des événements extérieurs à elle. Et l'on ne parlait pas du foulard à l'époque. Mais le rôle que l'interdiction du voile peut jouer est bien faible, à en juger par l'expérience française. On avait promis que la loi foulard entraînerait un repli sur les écoles musulmanes, il n'en a rien été. D'autant que nombre de parents musulmans sont moins bornés que le croient ceux qui se présentent comme leurs protecteurs, et ils veulent pour leurs enfants un enseignement qui les prépare à prendre leur place dans la société. Après la loi foulard française, des débats ont eu lieu dans des forums musulmans : école musulmane ou non ? La position d'une bonne partie des parents fut bien résumée par un père de famille qui disait en gros : "Je veux pour mes enfants le meilleur enseignement possible, point. Pour les prières, il y a la mosquée". Quant au chantage à l'ouverture d'écoles musulmanes, ouvrir une école est plus vite dit que fait, puisque ces écoles doivent réunir un certain nombre d'élèves et respecter des programmes pour que leurs diplômes soient reconnus et pour toucher des subventions. "Actuellement, seules quatre écoles turques, qui refusent l'étiquette de "musulmanes" même si leurs élèves sont tous de cette confession, existent en Flandre et à Bruxelles." (Le Monde).

"De plus, elle va encore fragiliser un groupe déjà triplement discriminé comme femmes, et comme le plus souvent d'origine immigrée et de classes populaires".
En quoi ne pas porter le foulard dans les murs de l'école fragiliserait-il ces femmes ? Elles se retrouveraient dans la même situation que leurs condisciples, ce qui est plutôt le contraire de la fragilisation. En plus, c'est justement le port du foulard qui marque une discrimination comme femmes et comme d'origine immigrée !

"Où est le progrès ?"


"Par ailleurs, même si la plupart des jeunes filles concernées acceptent d'enlever leur voile en classe, où est le progrès ? Qu'est-ce que cela changera à leurs convictions, au partage de valeurs, sinon de crisper un peu plus leurs rapports avec la société si mal nommée « d'accueil » ? "
Les constatations citées plus haut sur les pressions et les intimidations suffisent à répondre, mais on peut ajouter que - ce que ce texte néglige complètement - l'école a un rôle formateur, et elle a aussi, aux yeux d'un enfant, une autorité. Le foulard porte avec lui une vision de la femme objet, proie sexuelle dont l'homme est le prédateur naturel, proie qui, dans le prolongement du stigmate foulard, n'a qu'à s'accomoder de la polygamie, a moins de droit à l'héritage que son frère et un témoignage en justice qui ne vaut que la moitié de celui d'un homme. C'est une vision infériorisante de la femme que le foulard enfonce, si j'ose dire, dans la tête des enfants qui les portent - la contestation de Dison porte sur des fillettes de neuf et dix ans - . Il est peut-être bon qu'à cet âge malléable, et dans les années de scolarité qui vont suivre, des fillettes voient et vivent qu'aux yeux de cette autorité, cet univers qu'est l'école, elles sont égales aux garçons, pas plus obligées qu'eux de dissimuler leurs cheveux (ou de renoncer aux cours de gym). Elles goûteront à deux situations, voilée à la maison, non voilée à l'école, ce qui est beaucoup plus démocratique et formateur qu'une contrainte et une vision de soi uniques, imposées et intériorisées en permanence depuis la tendre enfance. Après tout, cela devrait plaire aux auteur/es du texte, puisqu'on y trouve souhaitable "de se frotter à d'autres conceptions des rapports femmes/hommes".

"Nous souhaitons une véritable action dans les écoles pour s'opposer aux pressions et aux menaces, d'où qu'elles viennent, pour soutenir les jeunes filles qui refusent le voile"
??? On mettra une puce avec micro sous la peau de chaque élève, pour pouvoir suivre tout ce qui lui sera dit à la mosquée, à la maison, dans la rue ?
Quand, comme me le décrit le préfet d'une grande école, les grands frères attendent devant cet établissement, à la fin des cours, la sortie de leur soeur pour vérifier qu'elle a remis son voile en sortant, qu'est-ce que les auteur/es du texte proposent comme "véritable action" pour faire face ?

Où est le racisme ?

"Nous faisons nôtre le point de vue de Shirin Ebadi, militante iranienne des droits humains et prix Nobel de la paix 2003, qui se bat en même temps contre l’obligation du port du foulard en Iran et pour le droit des femmes musulmanes vivant en Europe de le porter si elles le souhaitent".
Ce texte mélange, et pas seulement ici, "interdiction du foulard dans les écoles" et "interdiction de porter le foulard". Cette confusion qu'on retrouve dans d'autres textes fait évidemment croire à beaucoup de gens qu'il est question d'interdire partout le port du foulard !!! Quant à la citation, nous lui opposerons la phrase des musulmanes iraniennes, vivant aujourd'hui au Canada, Haideh Moghissi et Shahrzad Mojab (Of "Cultural" Crimes and Denials Aqsa Pervez, Znet, January 08, 2008) :
« Tergiverser devant des pratiques culturelles nuisibles, comme le font des gens de la gauche et des féministes, c’est tolérer pour les autres ce qui est intolérable pour "nous". Cette attitude encourage le contrôle patriarcal sur les femmes qui n’ont pas eu la chance d’être nées blanches et occidentales. » .


Chacun peut librement reproduire cet article, à condition de placer un lien vers la présente page.

Le texte en question, complet :


PLATEFORME LAIQUE FEMINISTE CONTRE L'INTERDICTION DU VOILE
A L'ECOLE

Nous, citoyennes d'origines et de convictions diverses, mais se
reconnaissant toutes dans les combats féministes et la laïcité,
nous sommes atterrées par le nouvel accès de fièvre autour de la
question du voile.

Nous voulons dire avec force que nous en avons assez de
l'instrumentalisation qui est faite de l'émancipation des femmes
pour interdire le voile à l'école. Comme s'il s'agissait là du
dernier obstacle à la parfaite égalité entre hommes et femmes.
Oubliées les violences, les inégalités professionnelles et
salariales, la marchandisation du corps des femmes dans la
publicité... Tous combats qui rassemblent l’ensemble des femmes,
qu'elles soient voilées ou non.

Si nousne partageons pas toutes la même analyse sur le sens du
voile, nous sommes toutes d'accord sur un point : nous sommes
contre l'interdiction du voile à l'école, et ce pour plusieurs
raisons :

Outre qu'aucune émancipation ne peut être imposée de
l'extérieur, nous pensons que la première condition pour que les
femmes aient réellement le choix de leur vie, c'est
l'indépendance économique, qui résulte de l’accès à l'éducation
et l'emploi. L'interdiction du voile risque de pousser certaines
jeunes filles vers un repli sur leur famille et leur communauté,
les privant ainsi de possibilités de se frotter à d'autres
conceptions des rapports femmes/hommeset du rôle que peuvent
jouer les femmes dans la société, entre autres. De plus, elle va
encore fragiliser un groupe déjà triplement discriminé comme
femmes, et comme le plus souvent d'origine immigrée et de
classes populaires.

Par ailleurs, même si la plupart des jeunes filles concernées
acceptent d'enlever leur voile en classe, où est le progrès ?
Qu'est-ce que cela changera à leurs convictions, au partage de
valeurs, sinon de crisper un peu plus leurs rapports avec la
société si mal nommée « d'accueil » ? Notre conception de la
laicité implique la séparation de l’Eglise et de l’Etat, mais
pas la séparation des croyants et des non-croyants. Nous croyons
à la rencontre, à la remise en question de part et d’autre de
nos stéréotypes, au dialogue, au débat, et devons
malheureusement constater qu'actuellement, les premières
concernées en sont presque complètement absentes.

Nous faisons nôtre le point de vue de Shirin Ebadi, militante
iranienne des droits humains et prix Nobel de la paix 2003, qui
se bat en même temps contre l’obligation du port du foulard en
Iran et pour le droit des femmes musulmanes vivant en Europe de
le porter si elles le souhaitent. « Il faut laisser aux gens
leur liberté », dit-elle. C’est aussi notre point de vue : nous
réclamons pour toutes les femmes, voilées ou non, musulmanes ou
non, le droit de porter le voile pour qu’elles puissent un jour,
ou pas, l’enlever à partir d’une démarche libre et personnelle.
Nous souhaitons une véritable action dans les écoles pour
s'opposer aux pressions et aux menaces, d'où qu'elles viennent,
pour soutenir les jeunes filles qui refusent le voile et
confirmer l’absolue obligation pour toutes et tous de suivre
l’ensemble du cursus scolaire.
Nous demandons à la Communauté française de ne pas suivre son
homologue flamande mais au contraire, d'encourager les écoles
qui ouvrent leurs portes à l'ensemble des élèves.


Si vous voulez signer le texte de la plate-forme, renvoyez la signature vers:
zoe.genot@ecolo.be

Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.


Mots-clef : foulard, Bruxelles, laïcité, religion, islam


27 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je ne vois pas du tout en quoi ce communiqué parle de xénophobie, de racisme dans le chef du tenant de l'interdiction du voile. Vous me semblez en fait employer la dynamique que vous dénoncez à travers la calomnie. C'est souvent le départ du processus, insulter ou se dire insulter.

Ce me semble être une des dynamiques rapprochant tous les "Pouvoirs", religieux, scientifiques et politiques. Et peut-être même réservé à la prédation. Salir "son" environnement pour le posséder, marquer sa domination.

Quand je pense à ma grand-mère, voilée le dimanche pour la messe qu'elle ne manquerait pour rien au monde... Certainement pas une féministe, ces combats pour l'avortement, le divorce et sa prise de la pillule ne suffisent certainement pas pour des personnes, évidemment laïcs, qui savent, elles!, ce que sont "la" démocratie et les "droits de l'homme" de sexe pendant entre les jambes. De même, mes croyances rastas n'entrent pas dans vos préjugés, pardon, références, je ne suis certainement qu'un rigolo fumeur de joints. Ce qui n'est évidemment pas insultant, je peux toujours "faire le beau" en écoutant la voix des maîtres.

Merci pour votre savoir.

Olivier Hofman (si vous pouviez ne pas faire cette fois-ci de coupes dans ce commentaire, ça serait sympathique)

Tom Goldschmidt a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Tom Goldschmidt a dit…

"Vous n'approuvez pas le port du voile à l'école ? Vous êtes xénophobe, raciste - ce n'est plus tout à fait neuf - et voilà qu'en plus, ..." Il me semble clair ("ce n'est plus neuf") que la partie "xénophobie et racisme" ne vise pas le texte, neuf, de la plate-forme).
Par ailleurs, je n'ai jamais fait de coupe dans un commentaire, et certaiment pas émanant de vous : je n'en trouve aucun.

André Sterpin a dit…

Bonjour voisin!
Dans votre prose, ce que je trouve le plus consternant c'est ceci:
" Elle avait passé sa vie à lutter pour l'émancipation et la progression sociale des femmes issues de l'immigration, mais l'influence de la prédication était devenue si forte ces dernières années que ses trois filles portaient le voile, refusaient d'apprendre un métier, et lui avaient déclaré qu'elles voulaient vivre à la maison et avoir pour seul travail de servir leur mari. "

Alain A a dit…

Salut Tom

Te voilà engagé dans une bien mauvaise croisade. Certes, on ne peut douter de ton antiracisme viscéral mais tu te trouves sur un chemin avec de bien inquiétants compagnons de route...
Cela peut énerver de voir que le patriarcat existe encore (non seulement dans les pays exotiques mais aussi dans les esprits beaucoup d'hommes et de certaines femmes chez nous). Ce n'est pas une raison pour rejeter les pécheresses dans les ténèbres extérieures et les priver de la chance de sortir de leur sujétion.
En tant que laïque, je me sens mieux depuis que j'ai lu ce texte des féministes contre l'interdiction. J'étais vraiment désolé qu'après les fondamentalismes musulman et chrétien certains n'aient imaginée comme réponse que que le fondamentalisme laïcard. Voltaire doit se retourner dans sa tombe...
Bien à toi
Alain

Anonyme a dit…

Merci Tom!!!!!!!! Le voile n'est pas un symbole religieux comme les autres. Les femmes ont besoin d'avoir la loi de leur côté, la société doivent être de leur côté. En revanche, que vient faire la question Israelienne là-dedans?
Bien à vous.

Tom Goldschmidt a dit…

Bonjour, ma remarque était simplement que ce n'est pas parce qu'on désapprouve la politique israélienne qu'on est antisémite (malgré les accusations contraires), et que semblablement ce n'est pas parce qu'on demande l'interdiction du voile à l'école qu'on est raciste (malgré les accusations contraires). C'est un simple parallèle, pas une tentative de mêler les deux problématiques.

caro a dit…

J'ai beaucoup apprécié votre article. Espérons que les politiques cesseront d'être aussi aveugles.
molinia

Fadouette a dit…

Bonjour,
je comprend tout à fait la réaction des féministes et j'approuve le fait que l'on utilise un peu trop ce prétexte "d'émancipation de la femme" pour interdire le voile (tout comme on utilise la laïcité d'ailleurs).
Pensez-vous réellement que l'on peut imposer une émancipation de l'extérieur? Ces femmes et filles voilées sont-elles réellement privées de leur liberté,soumises?? Moi je peux vous donner ma voix: je suis voilée et ceci est mon choix personnel, car il s'agit de ma liberté et celle de suivre mes convictions religieuses(et non l'homme ou je ne sait quelle entité masculine) qui me l'imposent. Je n'ai pas grandi avec un père, et j'ai toujours été pour le droit des femmes comme me l'inculque l'islam ...et oui ça vous en bouche un coin je parie! Et oui je vous l'affirme: l'islam élève le statut de la femme, elle est emblème de l'honneur et est précieuse (qui ne saurait dire qu'un homme n'est rien sans femme). Elle y est reconnue dans tout ce qu'elle représente, fille, soeur, mère..
Malheureusement, de nos jours,beaucoup de personnes prennent que ce qu'ils veulent et leur arrange dans l'islam, et parmi ceux-ci beaucoup de croyant dont des hommes prenant leurs droits et les devoirs de la femme (un bon exemple: la polygamie) et pas l'inverse ce qui a pour conséquence cette image abjecte d'une religion de soumises et de fanatiques dont raffolent les médias et malheureusement les citoyens.
Si je me sentais brimée par ce voile, le porterais-je???Je ne suis pas maso à ce que je sache (contrairement à ces femmes que vous citez qui sont contre ces lois belges qui donnent des droits aux femmes!). La liberté et mon émancipation, on veut me les voler avec cette loi! Retirer mon voile ne fera pas de moi une femme libre au contraire! Et sous prétexte que certaines sont contraintes à le mettre,on veut le supprimer, il ne s'agit pas là d'une solution raisonnable! Il y a un réel problème de compréhension et non pas de culte! Pourquoi tant de filles et femmes voilées luttent pour le garder?? Parce qu'elles sont endoctrinées??Parce qu'elles sont soumises et masochistes?? Il y a non sens.
La vraie raison est que le voile dérange! pourquoi? Car il est représentatif de l'islam et l'islam (quand il est mal connu) fait peur ou dérange tout simplement. On le comprend d'ailleurs très bien dans les propos du MR qui veut supprimer le voile dans le service publique et les hôpitaux lorsqu'il parle de rassurer les gens quant à l'impartialité du fonctionnaire... Ca fait réfléchir sincèrement! Alors comme ça l'impartialité règnerait dans le paraitre!? Et ben dis donc!Il faudrait alors faire des guichet pour chaque culte et chaque origine culturelle pour servir chaque citoyens!!!
Moi j'aime voir que ma société (ah oui je ne l'ai pas dit... je suis citoyenne belge née à Bruxelles...)a plusieurs visages,qu'elle est libre de pratiquer ou non son culte (tant que cela ne porte préjudice à l'autre), qu'il ne s'agit pas pour autant de revendiquer quoi que ce soit au nom de celui-ci ou de l'imposer à l'autre. Les solutions, on peut les trouver mais il s'agit de les chercher et non pas de se limiter à des mesures sentencieuses et qui vont à l'encontre des droits.

C'est pas l'islam qu'il faut changer mais le regard des gens, croyants ou non.

Bonne soirée à touuuus!

Tom Goldschmidt a dit…

Fadouette, il faudra sans doute le rappeler encore mille fois : il n'est pas question de, comme vous l'écrivez, "interdire le voile". Il est question d'interdire le port de signes religieux ostentatoires à l'école et dans certaines fonctions du service public. Je suis consterné que vous puissiez croire qu'il est question de vous retirer votre voile ou de pratiquer votre culte ! Je ne vois aucune commune mesure entre votre situation, de femme adulte qui fait ses choix, et celle d'enfants. Et à leur propos, les témoignages recueillis par le très prudent Centre d'Action Laïque, ou les témoignages recueillis par des enseignants, vont dans le même sens : souvent ce voile est porté sous la contrainte.

"Pourquoi tant de filles et femmes voilées luttent pour le garder??", écrivez-vous. Je suis loin d'en être persuadé. Lors du vote de la loi-foulard-école en France, le site oumma.com avait annoncé qu'il publierait une marée de protestations de jeunes filles : il a dû rapidement passer à autre chose par manque de matière première.
Sur "signe religieux et impartialité du fonctionnaire", j'ai écrit ce que je pense sur
http://tom-goldschmidt.blogspot.com/2009/06/voile-et-neutralite-vers-la-derive-de.html . Cela ne me semble pas pousser, comme vous l'écrivez, à "faire des guichet pour chaque culte et chaque origine culturelle pour servir chaque citoyens!!! , mais au contraire à offrir des guichets neutres à chacun pour éviter tout regroupement par communauté ou foi, et donc aussi bien tout favoritisme que toute suspicion injuste de favoritisme ou de défaveur.

Quelle que soit et doive certes rester votre liberté de choix, quand vous parlez à propos de voile de "suivre mes convictions religieuses", je me permets de vous rappeler que de plus en plus de musulmans soulignent que l'obligation de dissimuler ses cheveux ne figure pas dans le Coran.
Libre à vous de considérer que la femme est honorée quand elle "est emblème de l'honneur" et "est reconnue dans tout ce qu'elle représente, fille, soeur, mère.". Vous me permettrez de remarquer que dans ces qualifications, aucune ne donne aux femmes un rôle en tant que personnes autonomes.
Quand à expliquer mes idées par le fait que l'islam me dérangerait ou me ferait peur, ce serait un peu court : j'habite depuis 25 ans, avec plaisir, à 150 mètres de la mosquée dans un quartier où l'islam est extrêmement présent ;-) .

Fadouette a dit…

Bonsoir!
Jspr que vs vs portez bien en ce tps des plus frisquet :s.
Pour vs répondre,c justemt ce qui me gêne: ce désir de vouloir retirer tout signe d'appartenance à un culte. Je ne ss pas contre la laïcité lorsqu'il s'agit d'impartialité de l'acte ms je ss contre cette neutralité du paraitre. J'ai donné comme exemple un guichet pour chaque culture ou origine justement parce que l'on peut aller très (très) loin avec cette "suspicion de non neutralité".
Et justement, cela n'est-il pas inquiétant que l'on veuille masquer l'identité culturelle de la personne qui assure une fonction publique? Moi j'aime à voir que la personne qui me serve est ce qu'elle est et me traite de manière impartiale et si cela n'est pas le cas il ne s'agira pas de penser "c'est parce qu'elle suit ce culte!" ou je ne sais quoi. Pourquoi doit-on être rassuré quand à l'impartialité du fonctionnaire?(Ne doit-on pas l'être simplement parce qu'il a été engagé et sélectionné par l'établissement?) C'est bien parce qu'il y a une gêne lorsque celui-ci a un signe distinctif d'appartenance religieuse! Voilà ce qui me dérange! Pourquoi cela devrait-il gêner et faire craindre d'un quelconque pseudo-"risque d'impartialité" tout comme pour le favoritisme.
Il faut simplement pénaliser ce genre de pratiques inégales et non pas entretenir ce malaise. Car on pourrait en dire de même de personnes d'origine quelconque ou de couleur de peau différente pratiquant une espèce de favoritisme pour ceux qui auraient une même origine ou couleur de peau (je disais qu'on pouvait aller très loin...).
Et cette mesure, vous aurez beau dire le contraire, limite (voire empiète)la liberté de culte y a pas photo.
Pourquoi je dis qu'il s'agit de là une mesure pour retirer le voile parce qu'il s'agit du premier grand concerné et que ce la n'a réellement commencé qu'après une certaine date (un certain 9 septembre 2001 et le combat contre ce fameux terrorisme) et après la contagiosité du débat sur la laïcité en France.
De plus c'est le signe que l'on montre le plus du doigt parce qu'il est obligatoire et oui, écrit dans Le Saint Coran (« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Sourate 33 - Al-Ahzâb : Les Coalisés verset 59) ce qui m’étonne le plus c’est que les personnes qui contredisent cela affirment avoir lu le Coran...
Et oui je soupçonne que c'est le voile et indirectement l'islam que l'on vise lorsque je vois le tollé provoqué par le serment prêté par Ozdemir avec son voile et quand je vois mon propre vécu d'étudiante et encore d'autres évènements qui me seraient long à citer... Lorsque je vois tous les jours,allant à l'école et prenant les transports en commun le regards des gens, des professeurs. Savez-vous combien de fois des représentants de l'enseignement on manqué de respect à mon culte en traitant mon voile de "torchon","serpillère" ou autre (il était pourtant propre et repassé...)? (suite juste après)

Fadouette a dit…

(suite) Je n'en fais heureusement pas une généralité, mais en tout cas pour en revenir à ces lois, je n'ai trouvé aucunes raisons valables à mon sens pour l'interdire en tout cas dans l'emploi, l'enseignement supérieur et secondaire supérieur. Lorsque j'ai développé mon commentaire, je ne faisais pas allusion aux personnes non majeures et ayant en-dessous de 16ans à propos de "filles et femmes voilées qui luttent pour le porter". Et quand bien même des jeunes filles seraient contraintes, comme je le disais le problème ne vient pas du culte mais de la conception de certaines personnes, le voile est imposé dès que la jeune fille en question est considérée comme une femme et est la seule à devoir le mettre (vu qu'elle est la seule à disposer de son corps). J'ai apparemment omis de dire que la femme était autonome... pour moi cela coulait de source, le fait qu'elle soit reconnue en tant que fille, sœur, femme (je n'entendais pas là "épouse") ou mère veut bien dire qu'elle est reconnue comme être à part entière tout comme l'homme (encore heureux, je ne remets cela en question et c'est tellement évident que je ne vois pas l'intérêt de le discuter plus...).

Je dis que la plupart luttent pour le porter parce que je le vis, je côtoie cette réalité, non pas dans des blogs, mais dans la communauté. (Moi même, il n'y a que peu, je ne connaissais pas certains blogs et moyens sur internet pour donner sa voix dans ce genre de débats, non pas que je ne savais pas utiliser de clavier!).
Je vous propose de faire votre petit sondage, vous qui habitez non loin d'une mosquée, et de demander aux filles et femmes voilées si elles sont contraintes de le mettre ou si elle veulent le garder ou non tout simplement.(je veux bien même vous y aidez :p ).

Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée!
Bien à vous!

(...c'est un roman mon commentaire! dsl! :) )

Fadouette a dit…

re!
Je me suis aperçue d'une erreur : c'est bien le 11 septembre et non le 9 dont je parle. Dsl! :p

Tom Goldschmidt a dit…

Fadouette, pouvez-vous me montrer où, dans la sourate que vous citez, il est fait mention des cheveux ? Ou même de la tête ? Cela n'y figure pas, ni d'ailleurs dans d'autres textes du Coran. La seule précision vestimentaire, à ma connaissance, ne mentionne au contraire ni tête ni cheveux : "Dis aussi aux croyantes de retenir leurs regards, de préserver leur sexe, de n’exhiber de leur beauté que ce qui habituellement en apparaît, et de rabattre leurs voiles sur leurs décolletés (li-yadhribna bikhumûrihinna ‘alâ juyûbihinna). " (Coran XXIV : 30-31).
Invoquer le texte que vous citez pour imposer aux femmes de se voiler la tête n'est pas l'effet du texte lui-même, mais d'interprétations postérieures.
Le voile sur les cheveux n'est d'ailleurs pas une coutume établie par l'islam, mais une habitude courante dans le monde arabe depuis bien des siècles avant l'Hégire. Les prostituées n'en portaient pas, ce qui encourageait d'autant plus les femmes qui ne désiraient pas être prises pour des prostituées à en porter. De même, chez les chrétiens, Saint Paul souhaitent que les femmes ne prient pas tête nue, mais c'est une référence à la décence telle qu'elle était pratiquée à son époque, et voilà bien longtemps que les chrétiennes ne tiennent plus compte de cet avis.
Vous trouverez assez bien de détails sur cette question sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hijab
Si vous croyez que les personnes qui doutent que le foulard soit un prescrit religieux n'ont pas lu le Coran, vous reconnaîtrez peut-être que monsieur Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, l'a probablement lu. Or je lis à son propos : " «Le port du hijab, ajoute-t-il, marque un retour vers le passé de l'islam, conformément à la vision des fondamentalistes et de leurs prédicateurs radicaux.» Dalil Boubakeur lui-même se présente comme membre d'un islam «plus humaniste, tolérant et ouvert» dont les théologiens, les savants et les philosophes ont «beaucoup apporté à l'humanité». Il se dit partisan d'un «islam du juste milieu» et estime que «la communauté musulmane doit vivre avec son temps et s'adapter à l'espace public où elle vit» ajoutant que la France est «terre d'intégration, laïque et non communautaire». Le Coran dit que les femmes doivent être vêtues de façon à «préserver leur chasteté», ajoute Dalil Boubakeur précisant que les burqas, hidjabs ou tchadors sont des traditions vestimentaires régionales antérieures au Coran".
http://www.leparisien.fr/societe/boubakeur-s-etonne-de-voir-ressurgir-la-question-du-voile-18-06-2009-552444.php(La suite plus bas...)

Tom Goldschmidt a dit…

Mohamed Talbi, musulman pratiquant, ancien recteur de l'Université de Tunis, déclare : "Je dis oui au jeûne, à la prière, je dis non au voile. Ma position consiste à dire : Mademoiselle ou Madame, rien ne vous oblige à mettre un foulard sur la tête, sauf si vous êtes chrétienne parce que c’est saint Paul qui le dit. Seulement les chrétiennes, aujourd’hui, l’ont abandonné. Pas un mot dans le Coran sur la femme qui doit couvrir ses cheveux. Que l’on me trouve un seul verset où il y a le mot cheveux (chaar)."
http://www.nawaat.org/portail/2005/02/05/seul-le-coran-oblige-mohamed-talbi/
Un nombre respectable de musulmans s'interrogent comme celui-ci : "Les savants religieux ont donc intégré dans la tenue vestimentaire de la femme musulmane, le foulard qui est un vêtement profane et non divin. D’ailleurs ceux qui prétendent que le voile gère le rapport entre la femme et Dieu, pourquoi les femmes en sont donc exonérées lorsqu’elles sont chez elles , le voile concerne donc bien la rapport entre l’homme et la femme. La vérité est que la pensée musulmane est complètement figée depuis plusieurs siècles, et que la majorité des savants religieux n’ont aucun esprit critique et ne font que suivre aveuglément leurs prédécesseurs qui sont néanmoins des hommes qui avaient plus de mérite qu’eux car leurs interprétation du Coran étaient modernes par rapport à leurs temps mais ne le sont plus par rapport à notre temps. Je me réjouis par contre de voir qu’ils existent de plus en plus de savants religieux réformistes ( Je vous renvoie au livre de Rachid Benzine « Les nouveaux penseurs de l’islam ) , qui me donne espoir sur une grande réforme de la pensée musulmane qui se fait tant attendre. A ceux qui disent ces personnes là se soumettent aux occidentaux, c’est considérer que l’occident a forcément tord et que le monde musulman a forcément raison . L’état dans le quel est le monde musulman nous prouve plutôt le contraire , je ne dis pas non plus que l’Occident n’est pas critiquable mais je pense qu’il l’est beaucoup moins. En plus de cela dire à un musulman qu’il fait plaisir aux occidentaux c’est considérer qu’on ne peut pas être occidental et musulman en même temps . L’islam est une religion qui vient de Dieu et non de la culture arabe , l’islam n’appartient pas aux arabes.
http://www.oumma.net/spip.php?page=affiche_commentaire&id_forum=21609

Vous trouverez d'autres considérations émises par un musulman sur
http://www.yabiladi.com/forum/coran-voile-rien-4-340270.html

Leila Babès, professeure de l'histoire des religions à l'Université Catholique de Lille, musulmane, affirme dans son livre "Le Voile Démystifié" que l'obligation du foulard pour les femmes musulmanes est une mystification.

Et nous sommes tous deux fort bavards ;-)

Saloua a dit…

Bonjour,

je voudrais juste ajouté une petite chose, pour comprendre le coran il faut déjà une maîtrise de l'arabe

je vous renvois a cette vidéo qui expliquera, en tout cas je l'espère, pourquoi le mot cheveux (chaar) n'est pas cité dans le saint coran...

"http://www.youtube.com/watch?v=hqSXas7FSDk"

On ne s'improvise pas théologiens et de plus vous avez 2 ou 3 avis qui viennent dire que ce n'est pas obligatoire et moi j'en ai des milliers qui viennent vous contredire... Pourquoi il faudrait, ici, prendre en compte la minorité???

Aussi, dans l'Islam, on ne se contente pas des versets coraniques, mais de leur contexte ainsi que des hadiths, des histoires du temps du prophète, par exemple :


Une femme était en conflit avec Aîcha (radi Allahu hanha) la femme du prophète(sws), et la femme dit à Aicha:

"si tu as raison alors, je me mettrai nue et je ferais le tour de la Kaaba."

La femme qui était en conflit avec Aicha s'est convertie à l'islam, et le temps à donner raison à Aicha par rapport au conflit qui les opposait. La femme va voir le prophète Mohamed (sws) et lui dit:

"ya Mohamed j'étais en conflit avec ta femme et j'ai juré que si j'avais tort je me mettrai nue et je ferais le tour de la Kaaba, et maintenant je suis convertie , je mets le foulard comment puis je faire ?"

Alors le prophète (sws) lui dis:

"Sort un cheveu de ton foulard, sera la même chose que de marcher nue" (boukhari)

Abou Daôud a rapporté d'après Qatadah que le Prophète (sws) a dit : "Quand une jeune femme atteint [l'âge des] règles, il ne convient qu'elle montre que son visage et ses mains jusqu'aux poignets"

Aïcha (Radhi Allah 'Anha) l'épouse du prophète a raconté que Asma (Radhi Allah 'Anha) était entrée chez le prophète(sws), portant des vêtements très fins. Alors le prophète (sws) détourna ses yeux et dit : "Asma! A partir du moment où l'on est réglée, il ne convient plus que l'on voie de la femme autre chose que ceci!" en montrant son visage et ses mains.(rapporté par Abou Daoud et Al Bayhaqi)

Pour ce qui est des hadith, leur chaine de transmission a été authentifié par les savants. Et donc sont sûrs. Personnellement ses preuves me suffisent, et ceux et celles qui viennent dire que ce n'est pas dans la religion, je pense qu'il faudrait une certaine remise en question. Dire c'est obligatoire mais je ne veux pas le porter est une chose, mais dire non ce n'est pas dans la religion parce que ça l'arrange je ne suis pas d'accord.

Je suis loin d'être une grande référence en religion, mais de la a venir inventer des nouvelles règles ou faire abstraction de celles existantes, c'est très grave. Quand on n'est pas informer il vaut mieux se taire, plutôt que de diffuser des idées fausses

bien à vous

Tom Goldschmidt a dit…

"Pourquoi il faudrait, ici, prendre en compte la minorité ???" .
Il me semble que ce qui compte n'est pas le nombre ! Les premières personnes en Europe qui ont estimé que la Terre tournait étaient rarissimes - et risquaient le bûcher - .
Ce qui compte devrait plutôt être la validité des arguments, et la qualité et la neutralité des personnes qui s'expriment. Or toutes celles que je cite sont des personnes versées en théologie. J'en ajoute une, Tareq Oubrou, imam à la mosquée de Bordeaux, et membre de l'Union des organisations islamiques de France. Dans une interview publiée sur le site du Monde.fr, le 15 octobre, il déclare entre autres : "Si je voulais être provocateur, je pourrais dire aux femmes : mets ton foulard dans ta poche. Aujourd'hui, je dis que c'est une recommandation implicite qui correspond à une éthique de pudeur du moment coranique. Pour autant, une femme qui ne le met pas ne commet pas de faute. Mais, aujourd'hui, la communauté musulmane est fragile, et s'attache à des adjuvants et à des normes. C'est aberrant de réduire une femme musulmane à son foulard ; c'est de l'ignorance. Le foulard n'est pas un objet cultuel, encore moins un symbole de sacré. En outre, cette visibilité est néfaste car, à long terme, cette pratique pose des problèmes spirituels et psychologiques aux femmes qui veulent étudier ou travailler."

Dire "Ce n'est pas dans le Coran, mais c'est dans les hadiths" ne me convainc pas du tout. Sunnites et chiites n'ont pas les mêmes hadiths, pour commencer. Les hadiths sunnites sont classés en une série de catégories de fiabilité, comportant plusieurs degrés. Celui d'Abou Daoud, sur lequel vous vous basez, ne fait pas partie des deux hadiths reconnus comme totalement fiables. Je lis de plus à son sujet : "Cheikh Ibn Al-'Othaymine à critiqué ce haddith en le qualifiant de faible car:
1.Il n'y a aucun lien entre 'Aïcha(radhi Allahou 'anha) et Khalid bin Darik qui rapporte ce haddith d'après elle. De plus Khalid ibn Darik est présent dans toutes les chaînes de transmitions de ce haddith.
2. Dans la chaîne de narration Sa'id ibn Bashir apparaît, et il est connu par tous les mouhaddithines comme étant un narrateur faible. Cela est mentionné par l'imam Ahmad ibn Hanbal, An-Nasa'i, Ibn Madini et Ibn Ma'in. Ceci est la raison pour laquelle Al-Boukhari et Mouslim n'ont pas accépté ce haddith dans leurs livres. ("Al-hijab" pages 17 et 18)

Nous constatons également que Abou Daoud quand il annota ce haddith a dit que ce haddith était moursal(c'est à dire avec une chaîne cassé qui n'améne pas à un sahaba) ("hijab wa safour de cheikh Ibn Baz pages 61)

Enfin, cheikh Al-Albani l'a finalement lui aussi déclaré faible dans da'if sounan Abou Daoud dans kitab-ul-libas, haddith 4092(numéro original du haddith)

Donc tu as bien raison de réfuter le Hadith, il est da'if... " (NB = faible).
Il est aussi réfuté ailleurs. (la suite ci-dessous)

Tom Goldschmidt a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Tom Goldschmidt a dit…

Quant à la vidéo que vous m'avez signalée, là, je ne puis, désolé, en croire mes yeux.
"Comment vais-je savoir que le khimar c'est le hijab ?" Allah aurait pu dire "hidjab" et "cheveux". demande la croyante. Réponse : "khimar" viendrait de "khamr", et comme le vin peut soûler, "khamr" signifie donc aussi en arabe "ce qui couvre la raison" (on trouve apparemment dans un sermon prononcé par le calife Umar que 'khamr" serait par extension "ce qui obscurcit la faculté de penser", mais je ne la trouve pas dans les dictionnaires). "Cela (le vin) couvre le cerveau. Et le cerveau se trouve où ? Dans la tête. Donc khimar est un voile qui doit couvrir la tête".
Je ne pense pas que ce genre d'acrobatie verbale, que l'image d'un Dieu et d'un prophète qui s'amuseraient à ce genre de rébus invraisemblable, donnent une idée très digne de votre religion. Cette version est réfutée ici , pour aboutir à la conclusion : "En ce qui concerne les commandements coraniques, Dieu à décrété 3 règles simples et claires pour les femmes soumises c’est à dire musulmanes:

(1) Le meilleur habit est l’habit de probité, de rectitude.
(2) Chaque fois qu’on s’habille, on couvre la poitrine (les seins)
(3) Allonger votre habit.

Pendant que ces trois règles peuvent ne pas être assez pour ceux qui n’ont pas confiance en Dieu, les vrais croyants savent que Dieu est suffisant. Dieu aurait pu nous donner plus de détails jusqu’au point d’avoir des courbes graphiques et des règles de couleur, mais Le Miséricordieux voulait nous donner exactement ces règles de base et laisser le reste pour nous. Après ces règles de base chaque femme est consciente des circonstances et peut ajuster son habit suivant sa situation. Toute addition à ces règles de bases coraniques est une tentative de corriger Dieu ou améliorer ses ordres! On n’a aucune obligation de suivre les règles de quelqu’un d’autre, autre que Dieu. Les innovations et fabrications qui ont ajouté des milliers de règles au code d’habillement de la femme ne sont rien d’autres que de l’idolâtrie et doivent être refusés et combattues."

Bien à vous,
TG

Anonyme a dit…

Bonjour,

Tout d'abord je voudrais m'excuser pour le hadith non authentifié comme sahih par les savants, j'avoue que j'ai fait une petite boulette dans la précipitation. C'est vrai que je ne suis pas une pro des hadith les versets ont suffis a me convaincre. Néanmoins il reste d'autres hadith et les versets qui ne sont pas assez clair a votre goût. Et oui monsieur le coran est subtil et complexe, c'est la raison pour laquelle les savants l'étudie chaque jour. Pour en comprendre les nuances et subtilités.

Ensuite je voudrais ajouter que le premier pilier de l'islam est l'attestation de foi, je ne vous apprend rien, on y atteste qu'il n'y a de Dieu qu'Allah et que Mohammed est son envoyé. Nous nous devons de suivre son exemple. Ces femmes portaient un voile intégrale, mais elles avaient un statut spécial et aucune d'entre nous ne se doit de faire les mêmes sacrifices. Le voile lui reste une obligation.

http://www.hijab-creation.com/port-voile-islam.php

Aussi, le prophète nous avait prévenu, NE VOUS DIVISEZ PAS, il nous avait prévenu que se serait une "arme" contre nous. Mais malheureusement trop n'ont pas écouté sa parole.

"En outre, cette visibilité est néfaste car, à long terme, cette pratique pose des problèmes spirituels et psychologiques aux femmes qui veulent étudier ou travailler." Le seul problème qu'il cause c'est que beaucoup de gens s'arrêtent aux apparences et refusent de donner un emploi aux filles voilées. Je suis voilée et je fais des études, dans mon école il ont pris des dispositions pour les filles voilées, comme des voiles en coton pour les labo. je vois ici une solution, plutot qu'un problème. Je me vois très mal le retirer pour allé travailler, mais en tant que musulman nous savons que c'est Dieu et uniquement lui qui donne, et qui reprend, donc on place notre confiance en lui, et si certaines décident de ne pas travailler pour ne pas renier ses convictions, elle en sera récompenser, aujourd'hui la société est bien trop attaché a ce monde matériel. Je me refuse de participer a cela. Personnellement, mon voile ne me bloque en rien, il ne m'empêche pas de vivre comme je l'entend, au contraire.

Dieu le sait mieux.

Anonyme a dit…

Et je voulais aussi ajouter, si on laissait juste le choix aux femmes, si elles sont convaincus de son obligation qu'elles le portent, et que celle qui sont sûrs que ça ne fait pas partie de la religion malgré tout, qu'elles ne le portent pas... C'est entre elles et Dieu. Interdire a une femme de le porter revient au même, pour moi, que d'obliger une autre à le retier.
Peut-être même que d'obliger une fille à le retirer est quelque part pire, parce qu'une fille convaincue de ce qu'elle fait voit le voile différemment, il devient bien plus qu'un simple morceau de tissu, et en forçant à le retirer c'est comme arracher une partie de soi-même. Être libre de son choix, là est la véritable liberté, que ce choix soit le bon ou le mauvais.
On ne devient pas libre parce qu'on nous a retirer quelque chose de force, bien au contraire, sachez que si certaines sont prêtes a renoncer au travail ou aux études, d'autres seront prêtes a renoncer de sortir (sauf vraiment en cas de besoin). C'est sur que là, on aura offert une liberté aux filles voilées. Le religion ne change pas, les textes ne changent pas malgré que le temps passe, et ils ne changeront pas. Les musulmans resteront musulmans et ils feront toujours partie de la communauté, je pense qu'il faudra, a un moment, tout simplement l'accepter.

Anonyme a dit…

"Interdire a une femme de le porter revient au même, pour moi, que d'obliger une autre à le retirer."

JE voulais dire que pour moi, obliger une femme a le retirer reviens au même que d'obliger une autre a le porter

Tom Goldschmidt a dit…

Chère lectrice, vous débordez là de votre premier sujet, pour en arriver à une discussion plus générale qui occupe une partie non négligeable de ce blog - je ne vais donc pas la reprendre ici ...- . Mais au départ, vous interveniez sur la question "Le port du voile est-il une obligation coranique ? ". Il me semble qu'après ce match amical, le "oui" n'a guère marqué de points : ce n'est pas que les versets ne sont, comme vous l'écrivez, pas assez clairs à mon goût. Je les trouve parfaitement clairs : on n'y parle pas de se voiler les cheveux. Celui auquel vous me renvoyez ne parle que de la poitrine, et des atours (parures). Cette page accumule d'ailleurs des citations qui ne concernent pas du tout la question "Le port du voile est-il une obligation coranique ? "; il s'agit du site d'un magasin qui vend des voiles et a donc pour le moins un intérêt dans la question (si vous me permettez la comparaison, un boucher vous assurera qu'il est sain de manger beaucoup de viande, même si la médecine nous dit le contraire).
Au delà de cela... est-il méprisable de tenir compte de la société dans laquelle on vit, et des rapports entre votre communauté et cette société ? Je sais que certains musulmans considèrent que oui - leur religion me semble traverser le monde social comme un vaisseau cuirassé traverse la mer, forteresse flottante imperméable et fermée - . Mais je lis aussi des textes de musulmans qui ne voient aucun mal, au contraire, à ce qu'une dialectique, un échange, existe entre leur communauté et la société dans laquelle elle vit. Je lis
ici et ici :

"Or il y a une illusion qui est entretenue en permanence par le discours dominant de tout un Islam qui se présente comme celui de la seule « orthodoxie » : l’illusion de croire que Coran ne pourrait pas faire l’objet d’interprétations multiples et évolutives en fonction des moments et des conditions de la réception du texte. Une seule lecture, une seule interprétation serait possible et acceptable : celle qui a été codifiée dans les écrits des savants du passé. Une interprétation qui traverserait les générations et les siècles, à laquelle il serait indispensable de se référer et dont on pourrait se contenter aujourd’hui. (...)
(la suite ci-dessous)

Tom Goldschmidt a dit…

Ali ibn abû Talib, cousin et gendre du Prophète, quatrième des califes bien guidés, aurait affirmé un jour : « Le Coran ne parle pas de lui-même : ce sont les hommes qui le font parler ». (...)
En France aujourd’hui, il est fréquent d’entendre, à l’occasion de conférences ou de discussions, des musulmans qui interviennent en parsemant leurs propos de citations coraniques qu’ils s’approprient pour les mettre au service de leurs opinions. Quand, de surcroît, les versets choisis sont cités en arabe, leurs propos se trouvent comme « absolutisés », et leurs auditeurs en sont anesthésiés.
(...)
Avec ce type de fonctionnement, bien entendu, le texte coranique n’est pas considéré dans sa totalité, en tant que système de relations internes. Il est pris comme une suite d’unités isolées de la totalité.
(...)
Toute interprétation, en tout cas, est le résultat d’une certaine relation entre le sujet qui interprète, l’objet (le texte) qui est interprété, et le contexte socioculturel et historique du moment de l’interprétation. De ce fait, il ne peut pas y avoir une interprétation unique d’un texte, une signification unique et vraie du Saint Coran comme peuvent le croire certains, mais il existe une multitude d’interprétations et de significations qui doivent pouvoir faire débat.
(...)
Les musulmans d’aujourd’hui doivent également réfléchir sur la nature de la relation qu’ils entretiennent avec le passé. Car si le passé est le bienvenu pour éclairer le présent, il ne peut pas être, pour autant, le passage obligé pour ce qui est de prendre à bras le corps les réalités d’aujourd’hui. Or dans l’Islam contemporain on observe cette tentation permanente d’idéalisation du passé.(...)
Le Coran n’est pas un manuel ou un livre technique. On ne doit pas davantage le prendre comme un texte passif. C’est un message qui se veut interactif, qui veut provoquer la réponse libre et joyeuse de celui qui entre en relation avec lui. (...)
Aucune lecture ne pourra jamais épuiser le « potentiel » de signification du Coran. Aucune ne peut prétendre avoir « clos » l’interprétation et arrêter la dynamique de signification du Livre Saint. L’interprétation du Coran, au vrai, est toujours devant nous. "

Je ne vais pas citer tout ce texte, mais il me semble qu'il y a là une démarche qui pourrait éviter bien des tensions et des affrontements, et qui n'implique aucune trahison, au contraire ! ... et qui ressemble plus à une porte ouverte qu'à un visage (ou un poing) fermé. Cela n'a-t-il aucune importance ? Après tout, votre salutation habituelle n'est-elle pas un souhait de paix ?
Bien à vous.

Anonyme a dit…

Nous sommes d'accord sur un point, l'interprétation du coran est complexe et elle se travail encore chaque jour pour mieux le comprendre. C'est sûr lorsqu'on parle de l'interprétation du coran personne n'a le monopole de pouvoir dire « j'ai la meilleure interprétation ». Le voile n'a pas été cité uniquement dans l'islam mais aussi dans les autres religions monothéistes, et s'il n'était que futilité, pourquoi le répété 3 fois a travers les époques? Aussi, vous dites que si Dieu avait voulu parler du hijab Il l'aurait fait clairement, mais s'Il avait voulu dire ne vous couvrez pas les cheveux Il l'aurait fait aussi. Il nous ouvre la porte de la réflexion.
Depuis plus de 1400 ans les femmes musulmanes se voilent et les savants qui ont étudiés la religion et qui l'étudie encore sont d'accord pour dire que le voile est une obligation. Ce n'est pas culturel mais religieux. Apportez moi une fatwa qui vienne dire aux femmes, retirer vos voiles, nous sommes sûr que c'est une innovation. Monsieur, sauf votre respect, pensez-vous vraiment que les millions de musulmans qu'il y a et qu'il y avait sont tous stupide et n'ont rien compris a leur religion ? Je suis d'accord qu'il faut s'intégrer, je sais ce que cela signifie je suis née ici, ma mère est belge ainsi que tout ces ancêtres (du moins ceux connus) mais il faut, je pense arrêter de dire que pour être bien et libre, il faut l'être a votre façon. Je le porte que depuis quelque temps, c'est encore assez neuf, et je me sens libre, le seul truc qui fait mal parfois ce sont les gens qui font des remarques bizarre, comme si mon arrivée allait bouffer tout l'air disponible. Enfin bref passons, là n'est pas le débat.

Finalement, je vais me répéter mais si une fille veut le porter qu'on la laisse le porter cela fait partie de ses convictions, si pour une autre ce n'est pas le cas libre a elle de s'informer et de faire son choix. La religion c'est entre nous et Dieu, nous faisons ce que nous estimons le mieux pour être conforme à ces "attentes".

Ah oui encore une chose, ce Rachid Benzine, je le connais pas donc je ne sais pas où se situe sa pratique. Il y a beaucoup de musulman c’est vrai mais aucun d’entre nous ne sait vraiment où se situe son niveau de foi ni son degré de compréhension de la religion. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je ne critique pas cet homme.

Et il y a une chose a ne pas oublier : Le prophète saw a dit : « Le licite est clair , l’illicite est clair et entre les deux il y a l’équivoque ». (hadith qoudoussi) « Celui qui évite les choses équivoques préserve sa dignité et sa religion. »

Anonyme a dit…

Pourquoi l'intégration serait de renier qui on est plutôt que d'accepter l'autre pour ce qu'il est?!?! Accepter la diversité, accepter que la belgique est multiculturel ne serait-il pas plus simple? Les tensions sont-elles créées parce que tout a coup des gens portent le voile, ou parce que tout a coup les médias et politiques pointent ses femmes du doigt? Est-ce nouveau que des filles portent le voile dans les écoles? Étonnant que ça ne gênait pas avant? Il y a bcp de question a se poser mais malheureusement bcp resteront sans réponse...

Chacun sa confession, ce n'est pas a une personne de venir dire a une autre comment vivre sa religion, ni quelles sont les obligations et interdictions.

Vous voulez de l'impartialité alors soyez le déjà vous même envers les autres.

Les maux de la société ne disparaitront pas parce que vous retirerez les filles voilées du paysage. Qu'est ce qu'elles vous ont fait pour que vous vous y intéressiez tant? Je veux dire chacun a le droit de vivre comme il le souhaite, pourquoi devrait-on dicter a ses filles comment être libre ou pas? c'est quoi la liberté? les droits fondamentaux? je me pose vraiment des tas de questions, et je n'ai toujours pas de réponse convaincante...

Anonyme a dit…

ah oui encore une chose, vous m'aviez parler du hadith d'abu daoud mais duquel parlez vous? Et que faites-vous de celui de bukhari?? Pensez-vous vraiment avoir gagné ce petit match amical ;)

Bien à vous

ps : sans doute mon dernier message, je ne vois pas quoi ajouter de plus