jeudi 24 septembre 2009

Manifestation Contre Le Port De Signes Religieux À L'École.


Je participerai à la manifestation de ce samedi. Les mots d'ordre :

- « Pas de signes religieux à l’école »
- « Non au marquage des filles »
- « Non à l’immixtion du religieux à l’école ».

Lieu et date : ATTENTION MODIFICATION : place Surlet de Chokier, à deux pas de la place Madou, à partir de 11h ce samedi, et plus rue Royale.

Si j'ai déjà marché vers des manifestations d'un coeur joyeux et plein d'enthousiasme, je ne me sentirai pas, samedi, rempli d'une pareille légèreté. Les organisateurs ont déjà annoncé que les mots d'ordre xénophobes, racistes ... ne seraient pas tolérés un instant. Utile précision, mais qui illustre à quel point l'action dans ce domaine est délicate. Et à quel point il importe de ne pas donner l'impression aux musulmans de Belgique qu'ils habitent désormais une forteresse assiégée. Mais les derniers jours ont montré à quel point cette action devient nécessaire.

(La Suite)
S'il faut le rappeler, le Conseil Flamand de l'Enseignement a interdit le port du foulard dans ses 700 établissements. Un tiers seulement de ceux-ci l'interdisaient jusqu'alors. L'Organisation Baas Over Eigen Hoofd (BOEH) estime par ailleurs que le Conseil n'a pas le droit de prendre cette décision, qui devrait revenir uniquement au Parlement Flamand. L'auditeur du Conseil d'Etat a pourtant déjà estimé, statuant sur une plainte, que le Conseil était bien l'organe habilité à prendre cette décision. Des musulmans ont manifesté à Anvers. En tout cas, BOEH compte lancer la semaine prochaine une procédure juridique contre l'interdiction du port du voile dans les écoles de la Communauté flamande. Du côté francophone, le conseil communal de Dison a validé l’exclusion définitive de trois fillettes voilées, de 9 et 10 ans qui fréquentaient l’enseignement communal (le port de tout couvre-chef y est interdit depuis le début du mois). La riposte des parents concernés avait d'abord connu un succès : le tribunal de première instance de Verviers avait autorisé ces petites à suivre les cours, malgré le règlement interdisant le port de tout couvre-chef dans les écoles communales. Mais cette victoire n'était basée que sur des questions de forme. Les autorités communales ont relancé leur action en respectant mieux la procédure. Les parents envisagent des recours au Conseil d’Etat. Ce bouillonnement socio-juridique rappelle la situation régnant en France au début des années 2.000. C'est face à cette cacophonie que la "loi foulard" française a été adoptée.

Jusqu'à présent, le très prudent Centre d'Action Laïque s'était cantonné, sur la question d'une loi, dans un silence tout aussi prudent. Pour lui, il fallait laisser le choix aux écoles. Il vient de changer d'attitude, et on peut lui faire confiance pour penser qu'il ne s'agit pas d'un choix pris à la légère. Il plaide désormais pour un décret interdisant les signes d’appartenance religieux ou philosophiques, dans tous les réseaux de l’enseignement. Son président, Pierre Galand, parle d'« une évolution rendue indispensable par la réalité, sur le terrain ». Le journal "Le Soir" cite les propos de deux administrateurs : « Les témoignages qui remontent des écoles, d’abord, qui font de plus en plus état du harcèlement que subissent certaines jeunes filles musulmanes, quand elles ne portent pas le foulard islamique ». Et : « Nous avons aussi été frappés par le revirement de la directrice de l’athénée d’Anvers, qui n’était pas favorable à l’interdiction, mais qui a fini par s’y résoudre étant donné les problèmes de prosélytisme constatés ». Pierre Galand ajoute : « Le foulard islamique est clairement devenu un instrument de prosélytisme, il est instrumentalisé par certains imams et les milieux conservateurs. Nous ne voulons en aucun cas stigmatiser les jeunes filles qui subissent ces pressions. » A l'appui, on peut citer les propos de Chris Weyers, directrice de l’athénée de Hoboken. Elle affirme, à la VRT et dans "De Morgen", que des élèves sont intimidées par mail, par SMS ou par téléphone. Elle estime aussi que la situation était devenue intenable dans son établissement, où le port du voile était autorisé, et dans lequel les élèves musulman(e)s s'étaient concentrés.
Si du côté francophone, le débat entre les partis est engagé, si le MR s'est prononcé pour une interdiction, on ne s'attend pas à une décision avant la fin des "Assises de l'Interculturalité", prévue le 17 février 2010. "Le rapport final devra être à la base de l’organisation d’une conférence interministérielle devant déboucher sur l’élaboration d’un plan stratégique collectif pour une société interculturelle réussie", nous dit le document de présentation. (*)
Mais entre temps, une autre voix prudente s'est fait entendre, celle du directeur francophone du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme qui estime que le règlement des écoles ne suffit plus quant à la question du foulard. Edouard Delruelle déclare à la Libre : "A un moment donné, le pouvoir politique doit prendre ses responsabilités. Ça ne veut pas dire décréter une interdiction générale, comme en France, ou une autorisation générale, mais il faut cadrer." et "Une fillette de 10 ans en foulard, ça me choque. Le port du foulard n’est d’ailleurs pas un prescrit religieux. J’aimerais bien qu’on trouve le moyen de l’interdire clairement, dans la dignité pour les familles et dans la transparence. Le foulard, c’est aussi un signe sexuel, politique parfois : les enfants ne peuvent pas être instrumentalisés. L’école a une mission éducative, émancipatrice."

Autant de prises de position qui me semblent encourager la participation à la manifestation de samedi...

(*) Je reste néanmoins assez perplexe devant l'affiche d'une journée de débat sur le thème : "Islamophobie un complexe de l'anti-racisme ?" organisée par le MRAX dans le cadre des dites Assises . L'oratrice, les quatre orateurs et le modérateur sont de la même tendance, deux d'entre eux ayant d'ailleurs signé le même livre "Du Bon Usage de la Laïcité". J'ai connu un temps où "débat" impliquait ce choc des idées d'où est censé jaillir la lumière.


Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.


Mots-clef : foulard, islam, laïcité, manifestation, Belgique

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Rectificatif: la manifestation a lieu place Surlet de Chokier, à deux pas de la place Madou, à partir de 11h demain.

Nadia Geerts

Fitzcarraldo a dit…

"...ne pas donner l'impression aux musulmans de Belgique qu'ils habitent désormais une forteresse assiégée..." Ca va être dur, parce que telle est la réalité qui gagne du terrain chaque jour.