samedi 5 mars 2011

Lybie : intervention militaire ? Faillite de Castro et Chavez ?


Je découvre avec quelque surprise l'article que La Gauche consacre aux rapports entre Castro et Chavez et la lutte du peuple libyen contre Kadhafi. Le titre tape dur : "L'Amérique latine et la révolution arabe: Faillite du chavisme ? "
On y lit que "les directions cubaine et chaviste semblent actuellement toujours incapables de saisir la nature, la profondeur et l'unité du processus révolutionnaire en cours dans toute la région. Elle ne semblent nullement comprendre la puissante soif de réelle démocratie, de justice sociale, d'indépendance et de souveraineté qui animent les masses arabes et la formidable opportunité que leurs luttes offrent afin de modifier en profondeur les rapports de force à l'échelle planétaire entre le capital et le travail, et face à l'impérialisme". Ce n'est pas rien. Je ne serais pas revenu sur cet article s'il n'était pas l'occasion de faire le point sur deux questions importantes, d'une part celle d'une éventuelle intervention militaire (que par exemple un Charles Michel, chez nous, appelle de ses voeux) et d'autre part celle de ce qu'a réellement dit Chavez, et avec quelles conséquences.


Suite de l'article :

1. La LCR se scandalise parce que Castro a dit qu'il «faudra attendre le temps nécessaire pour connaître vraiment ce qu’il y a de vrai et de mensonges ou de semi-vérités dans ce qu’on nous dit de la situation chaotique en Libye». Est-ce une phrase scandaleuse ? On peut parfaitement être solidaire des opposants libyens et se rappeler que dans la confusion des affrontements, pas mal de bobards et d'intoxications circulent, comme pour les charniers de Timisoara, où l'on s'est indignés du massacre de dizaines de milliers de personnes pendant des semaines, avant d'apprendre qu'il s'agissait d'un faux. Comme le note le magazine des Jeunes Européens "Le Taurillon", pas castriste pour un sou, "la société civile et principalement le paysage médiatique [libyens] sont sous-développés. C'est pourquoi il était et il est toujours très compliqué de recevoir des informations vérifiables venant de Libye". Mais aussi, la LCR, avec laquelle j'ai scandé mille fois "Quittons l'OTAN", organisation pour laquelle elle n'avait pas de mots assez durs, s'indigne parce que Castro a dit : «Le pire serait maintenant de faire silence sur le crime que l’OTAN s’apprête à commettre contre le peuple libyen.", visant ainsi une éventuelle intervention militaire des Etats-Unis et de leurs alliés. Or, si l'on s'imagine que les USA vont intervenir, culbuter Kadhafi et puis se retirer, on rêve. L'intervention ne peut que créer une réaction scandalisée dans tout le monde arabe. Kadhafi tentera de l'utiliser pour souligner sa légitimité. Alain Juppé, pas castriste pour un sou, a déclaré qu'une intervention militaire de l'Otan pourrait être "extrêmement contre-productive" dans l'opinion arabe. La réaction sera également scandalisée en Libye. Le « Conseil national de transition des villes libérées » de libye s'est immédiatement déclaré hostile à "toute ingérence ou opération militaire étrangère". J M Bouguerau note dans le Nouvel Obs, sous le titre "La Libye veut faire sa révolution toute seule" que les opposants "craignent avant tout une intervention étrangère, gardant en tête les bombardements américains de 1986 qui n'avait pas épargné la deuxième ville de Libye". Le Guardian estime aussi que "les peuples qui font la révolution refusent toute intervention extérieure", dont ils gardent des souvenirs amers. Un blogueur libyen relayé par le Guardian écrit "Le sang des morts libyens aura été gaspillé si l'Occident souille notre révolution en intervenant". Il ajoute que toute intervention occidentale ne peut déboucher que sur une violence bien pire encore que celle déjà déchaînée.
En effet, dès la chute du régime sous les coups des Etats-Unis, on assistera à probablement une série d'attentats sur le modèle irakien, une guerilla anti-USA, et qui sera rejointe par des nationalistes non-kadhafistes. Dans pareil contexte, pas question de bâtir la démocratie, donc il faudra bien prolonger la présence des troupes alliées (dans une zone quelque peu pétrolière) ... ce qui exacerbera la réaction à cette présence, et on sera partis pour un scénario à la mode irakienne ou afghane. Il est très curieux de voir la LCR s'opposer aux propos de Castro qui met en garde contre ce scénario sanglant. Le NPA français, parti frère de la LCR belge, se dit d'ailleurs "totalement opposé à toute intervention militaire des puissances occidentales", dans la ligne de l'appel lancé par la 4è Internationale, où l'on lit "l’impérialisme prend prétexte d’une « situation de chaos », comme il la nomme, ou de « catastrophe humanitaire » pour préparer une intervention et reprendre le contrôle de la situation. Nul ne doit être dupe des visées des puissances de l’OTAN : elles veulent confisquer les révolutions en cours aux peuples de la région, et profiter même de la situation, pour occuper de nouvelles positions, notamment dans le contrôle de régions pétrolières. C’est pour cette raison fondamentale qu’il faut rejeter toute intervention militaire de l’impérialisme nord-américain". . La LCR choisit une tonalité quelque peu différente : "Il faut bien sûr s'opposer à n'importe quelle ingérence occidentale, mais nous ne croyons sincèrement pas que l'OTAN va envahir la Libye. Ce qui semble exact en revanche, c'est que cette menace, à peine esquissée, a comme conséquence immédiate d'embrouiller et de diviser le camp anti-impérialiste". Elle a, cela dit, tout à fait raison de souligner que Kadhafi n'est en rien l'anti-impérialiste que certains veulent encore voir en lui. Mais quand La Gauche ajoute "Ainsi, selon Fidel, l’urgence n’est pas à dénoncer le carnage de Kadhafi contre son peuple et de choisir le camp du soulèvement populaire, c'est de manifester contre l’intervention future et hypothétique de l’OTAN.", il y a peut-être une surestimation de l'importance des dénonciations purement verbales et une sous-estimation de l'importance qu'il y a à agir là où Cuba peut avoir un poids, limité certes s'il est seul, plus important si un mouvement d'autres Etats s'inscrit dans son sillage, ce champ étant la diplomatie internationale, nous y reviendrons plus bas.

2. Mais à ce sujet, l'article de La Gauche souffre dans sa deuxième partie d'un léger défaut, c'est de se baser sur une information fausse (apparemment comme l'appel de la 4ème Internationale cité plus haut) . Chavez a "officiellement" , lit-on, apporté son « soutien au gouvernement libyen ». a. C'est ce qu'on a lu en deux lignes ça et là, par exemple sur LCI. Cette info était censée se baser sur le Twitter de Chavez. L'ennui, c'est que si vous allez voir la page en question, vous trouverez ce commentaire d'un internaute : "je ne vois pas ça sur son twitter".
b. Qu'a dit Chavez ? "Le président vénézuélien, Hugo Chavez, a affirmé vendredi qu'il soutenait le gouvernement libyen mais qu'il n'appuyait pas nécessairement toutes les décisions du colonel Mouammar Kadhafi tout en souhaitant la paix pour la Libye." (...)" "Mais oui, nous appuyons le gouvernement de Libye, l'indépendance de la Libye. Nous voulons la paix pour la Libye et nous devons nous opposer radicalement aux volontés d'intervention", lit-on dans une dépêche reprise entre autres par Angola Press, émanant probablement d'EFE ou d'une agence latino-américaine. Il ajoute qu'il garde sinon "un silence prudent" vu la "désinformation" sur les événements en Libye." Ce n'est pas un soutien enflammé aux insurgés (à qui cela fait une belle jambe), certes, mais ce n'est pas plus un appui à Kadhafi. On peut également regarder la vidéo reprise ci-dessous. Rien n'y représente un soutien à Kadhafi contre les insurgés, ce qui est quand même ce dont il est accusé. Chavez propose d'ailleurs que la commission qu'il propose, et dont le principe a été soutenu par la Bolivie, rencontre les leaders de l'opposition. Citons ce que dit Chavez lors de cette prise de parole :
"Que Kadhafi est un assassin ? Pas que je sache. Pas que je sache, tout simplement. Je serais un lâche de condamner celui qui a été mon ami depuis si longtemps sans savoir exactement ce qui se passe en Libye".(...) (citant Castro) "difficilement quelqu'un peut savoir exactement ce qui se passe en Libye"(...) Maintenant, nous devons être prudents (...) nous ne soutenons ni invasions ni massacres" "S'il y a cent morts, mille morts, c'est une tragédie quelle qu'en soit la cause" "Je lance un appel à tous, très humblement, pour que nous ne nous laissions pas emporter par les tambours de guerre" "... soutenir une solution politique plutôt que d'envoyer les marines et les avions et navires de guerre, pourquoi n'envoyons-nous pas là-bas une commission de bonne volonté qui aille là-bas pour essayer d'aider à ce qu'ils arrêtent de s'entretuer " "C'est notre proposition en respectant les positions de chacun. Ceux qui ont déjà condamné ont sans doute leurs raisons. Peut-être ont-ils des informations que nous n'avons pas. Mais pour ce que nous savons, il y a en Libye des éléments qui définissent le cadre d'une guerre civile ou d'une pré-guerre civile. " (...) "une commission qui aille en Libye discuter avec les leaders de l'opposition". Depuis, Chavez a proposé une commission internationale de médiation pour dégager "une solution politique plutôt que d'envoyer des marines en Libye". Il a proposé qu'une mission soit confiée à l'ancien président des Etats-Unis Jimmy Carter.
Aujourd'hui, la chaîne Telesur (lancée conjointement par le Venezuela, l'Argentine, l'Uruguay et Cuba en 2005) annonce que lors d'une réunion à Caracas de l'Alliance Bolivarienne pour les Peuples de notre Amérique (ALBA), le ministre des affaires étrangères de Bolivie, David Choquehuanca, a appuyé la création d’une Commission Internationale Humanitaire pour la Paix en Lybie, proposée par le Venezuela. Son collègue équadorien a déploré que l'on profite du drame libyen "pour préparer une invasion de puissances étrangères".
Comme quoi les positions de Castro et de Chavez ne sont pas isolées. Je n'ai pas pour Chavez un attachement aussi enflammé que celui manifesté à l'occasion par la LCR (enthousiasme tempéré ces derniers temps par des critiques), mais je me demande si celle-ci (et sa maison mère internationale) ne néglige pas maintenant quelque peu les acquis réels de la gauche sud-américaine par exemple au Venezuela dans son enthousiasme à décerner aux mouvements démocratiques qui secouent le monde arabe des brevets d'anticapitalisme dont il reste à voir s'ils sont justifiés. On se rappelle les pronostics enthousiastes, par exemple, sur les potentialités anticapitalistes de la révolution iranienne de 79... pour ne pas parler des mêmes pronostics concernant les pays d'Europe de l'Est.

La vidéo :


Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil. Mots-clef : Libye, Chavez, intervention, Venezuela, Cuba, Bolivie, révolution

5 commentaires:

Famille a dit…

Bonjour,
Dans un article de janvier, vous écriviez : "si la situation en Afghanistan devient encore plus désastreuse, un gouvernement en affaires courantes ne peut pas décider un retrait des troupes belges" La décision d'attaquer la Lybie relève-t-elle des Affaires Courantes ? A t on vraiment besoin d'un nouveau gouvernement puisque le démissionnaire peut décider d'exposer sa population à la potentielle vengeance d'un Etat terroriste ?

Anonyme a dit…

Bonjour

C'est curieux, mais à différentes nuances près quant au jugement porté sur cela, des personnes aussi bien informées que Maurice Lemoine, Ignacio Ramonet ou Serge Halimi (lire le dernier n° du Monde Diplomatique) confirment effectivement le soutien apporté par Chavez à Kadhafi (et aujourd'hui à Bachir Al Assad de Syrie). Dans cette vidéo traduite en français on le voit parler de tous ses "amis" tyrans du monde arabe et dire clairement qu'il soutien le gouvernement libyen et même adresser une "prière pour Kadhafi"...

http://www.youtube.com/watch?v=te2svv14vsU&feature=related

Quant au fait de proposer une offre de négociations et de plaider pour le "dialogue" entre le dictateur sanguinaire et l'opposition, au moment précis où Kadhafi était sur le point de tomber (le 28 février) c'est exactement ce que Sarkozy ou d'autres ont proposé quand Ben Ali et Moubarak étaient sur le grill.

En outre, il me semble également que la LCR se scandalise surtout du fait que ni Castro ni Chavez n'ont apporté un soutien explicite aux révoltes dans le monde arabe, sans parler de celles qui ont cours en Libye et en Syrie. Ce qui est effectivement honteux pour des dirigeants qui se réclament progressistes mais qui se révèlent ainsi surtout soucieux de préserver leur réalpolitik et la solidarité avec des régimes douteux en lieu et place de la solidarité avec les peuples.

Vous écrivez que ce soutien aurait fait une "belle jambes" aux insurgés. Or, cela aurait justement fait toute la différence et rendu plus difficile à Sarkozy et Cie de se présenter (en pseudo ) défenseurs du peuple insurgé. Si tel avait été le cas, ce serait des drapeaux vénézuéliens et non français qui seraient agités aujourd'hui à Benghazi...

Antonio

Tom Goldschmidt a dit…

Il n'y a rien de nouveau dans la vidéo que vous citez par rapport à ce que j'ai publiée ci-dessus. On y lisait : "Le président vénézuélien, Hugo Chavez, a affirmé vendredi qu'il soutenait le gouvernement libyen mais qu'il n'appuyait pas nécessairement toutes les décisions du colonel Mouammar Kadhafi tout en souhaitant la paix pour la Libye." (...)" "Mais oui, nous appuyons le gouvernement de Libye, l'indépendance de la Libye. Nous voulons la paix pour la Libye et nous devons nous opposer radicalement aux volontés d'intervention",
C'est ce que dit Chavez dans la vidéo que vous mentionnez :
"Je ne peux pas dire que je soutiens, que je suis en faveur ou que j'applaudis n'importe quelle (qualquer : en fait "quelque que ce soit) décision que prends n'importe quel ami où que ce soit dans le monde, non : je suis à distance ! Mais nous soutenons le gvt libyen, l'indépendance de la Libye, nous voulons la paix pour la Libye, la paix pour tous les peuples du monde, et nous devons nous opposer clairement aux prétentions interventionnistes. De même, nous avons conservé un prudent silence car, en premier lieu, il y a beaucoup de désinformation (...)".
Je répète donc : "Ce n'est pas un soutien enflammé aux insurgés (à qui cela fait une belle jambe), certes, mais ce n'est pas plus un appui à Kadhafi".

Le premier de mes deux articles "Libye" (celui que vous commentez) était une réponse à un article publié par la LCR (belge), qui affirmait que Chavez aurait apporté son soutien officiel à Kadhafi. C'est faux au vu de la vidéo que vous citez, c'est encore plus faux au vu de celle qui illustre mon article. De même, la LCR dénonçait Castro comme suit : "Ainsi, selon Fidel, l’urgence n’est pas à dénoncer le carnage de Kadhafi contre son peuple et de choisir le camp du soulèvement populaire, c'est de manifester contre l’intervention future et hypothétique de l’OTAN." Il est intéressant de voir comment la LCR a bien été contrainte d'évoluer. Elle écrivait alors "...nous ne croyons sincèrement pas que l'OTAN va envahir la Libye". Le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'était pas de la clairvoyance. Aujourd'hui, la LCR appelle à manifester ce jeudi 7/4 contre l'intervention de l'OTAN, car celle-ci n'a plus rien d'"hypothétique". Quant à la proposition de médiation faite par Chavez et dont vous faites si bon marché (comme la LCR il y a peu), on lit dans l'appel diffusé par cette dernière : "Il existait pourtant des alternatives diplomatiques : ainsi, le Président du Venezuela Hugo Chavez, le Premier Ministre turc Erdogan, de même que l'Union africaine, avaient chacun proposé une m é diation entre les parties. Acceptée de part et d'autre, cette offre a immédiatement été écartée par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni".

Enfin, si Chavez dresse la liste de ses "amis" (ajoutant qu'ils vont d'un extrême à l'autre), c'est hors de mon sujet qui n'est pas une analyse complète de la politique ni de la psychologie de ce dirigeant, et le seul commentaire que je m'autorise est que ses amis ne sont pas les miens. Commentaire dont je reconnais qu'il est aisé, vu que mes responsabilités diplomatiques ne sont pas les siennes.

Anonyme a dit…

Bonjour

Il me semble que vous jouez avec les mot. A moins bien sûr que la LCR belge, la IVe Internationale, le Monde diplomatique; Ramonet, Halimi, Lemoinne, tous bons connaisseurs du Venezuela et bien d'autres ont tous... "faux" sur le soutien de Chavez à Kadhafi - réédité maintenant en faveur de son "ami" Bachir El Assad de Syrie.

Mais il s'agit peut être selon vous d'un vaste complot visant à imputer à Chavez une position qu'il n'a pas?

Ensuite il ne me semble pas très sérieux d'extraire des bouts de phrases hors contexte en les présentant, comme vous le faites, comme des positions "officielles" de la LCR belge. Ayant lu, à la suite de votre réponse, très attentivement tout ce qui concerne la Libye sur le site de cette organisation, je découvre qu'elle a prévenu et dénoncé dans un communiqué dès le 24 février des risques d'intervention impérialiste, position répétée par la suite.

Le bout de phrase que vous imputez de manière inexacte à la LCR provient d'un article d'un marxiste espagnol indépendant vivant en Tunisie et dont l'article a été publié dans le cadre d'un dossier reprenant d'autres articles de sources très diverses. Ce n'est donc pas, comme vous dites, "comme la LCR l'écrivait" ! - à la limite c'est "comme la LCR le présente sur son site", nuance.

Enfin, ce bout de phrase que vous mettez en exergue est tout à fait correct: à ce jour, il n'y a pas d'invasion terrestre de l'OTAN en Libye et il est peu probable que cela survienne. Et c'est bien de cela qu'il s'agit dans le texte dudit auteur marxiste indépendant: dénoncer les risques de guerre aérienne tout en soulignant qu'une invasion et occupation terrestre par les troupes de l'OTAN est peu probable dans un pays agité actuellement, comme ailleurs dans le monde arabe d'un tel mouvement de révolte.

Il me semble vraiment étonnant que vous continuiez à nier ce qui est pour tous les spécialistes une évidence, malgré les nombreuses preuves écrites et visuelles; le soutien effectif de Chavez "au gouvernement libyen" de Kadhafi, sont refus de condamner la répression de ce régime sous prétexte "d'absence d'information" ou de "manipulation" ou ses "prières pour Kadhafi". Et pas un mot - même pas de soutien - mais de compassion pour ses victimes!

C'est fort peu chrétien et effectivement, quand on est un chef d'état qui se dit progressiste et de gauche la responsabilité de tels propos est d'autant plus lourde.

Bien à vous
Antonio

Tom Goldschmidt a dit…

"A moins bien sûr que la LCR belge, la IVe Internationale, le Monde diplomatique; Ramonet, Halimi, Lemoinne, tous bons connaisseurs du Venezuela et bien d'autres ont tous... "faux" ""

Vous ne me citez pas une seule source directe (ou plus exactement, votre seul tuyau était crevé, comme je l'ai écrit plus haut), vous me répétez, argument d'autorité, que Ramonet ou ... . En 89-90, des centaines de journalistes et d'éditorialistes ont disserté pendant plus d'un mois sur les charniers de Timisoara et leurs milliers de morts. Au bout d'un mois et demi, on s'est aperçus qu'ils avaient tous cru à une nouvelle fausse.

"Le bout de phrase que vous imputez de manière inexacte à la LCR provient d'un article d'un marxiste espagnol indépendant vivant en Tunisie (...) Ce n'est donc pas, comme vous dites, "comme la LCR l'écrivait" ! "
?????????????????? Je cite (longuement) avec un lien vers la source un article de La Gauche, journal de la LCR belge, article présenté comme une prise de position, pas comme une tribune ou un document. Cet article est signé par trois personnes dont un membre de la direction nationale de la LCR belge !

" je découvre qu'elle a prévenu et dénoncé dans un communiqué dès le 24 février des risques d'intervention impérialiste"
Si vous le "découvrez", c'est que vous ne m'avez pas lu, puisque je mentionne ces communiqués de la 4 et de la LCR(b) !

"il n'y a pas d'invasion terrestre de l'OTAN en Libye " . Pourquoi "terrestre", ce qui n'est pas du tout la question ? Vous pourriez aussi souligner qu'il n'y a pas de charge de cavalerie. Pour votre gouverne, l'aviation joue aujourd'hui un rôle assez important dans les conflits, par exemple quand les appareils de l'Alliance effectuent 74 frappes en 24 heures, et jouent à l'évidence le rôle décisif dans une guerre où les insurgés auraient sinon depuis longtemps perdu la bataille. L'avenir de la Libye est déterminé aujourd'hui par la force des armes de l'Alliance Atlantique. Point. Les seuls freins à l'action de cette dernière proviennent uniquement de ses contradictions internes. La LCRb a d'ailleurs appelé à manifester contre l'intervention de l'OTAN, tout comme elle parle en bien aujourd'hui de la proposition de médiation avancée par Chavez.

" les nombreuses preuves écrites et visuelles" : pourquoi n'en citez-vous pas une seule (à part celle que j'avais déjà moi-même mentionnée) ?