jeudi 19 février 2009

CCOJB, attaque-moi...



Je propose au Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) de m'attaquer en justice.
Ce Comité a porté plainte auprès du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme à l’encontre d’ONG, de syndicats et de partis politiques qu’il estime être à l’initiative de la manifestation pro-palestinienne du 11 janvier dernier à Bruxelles : plainte pour violation des lois sur le négationnisme et sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.


Pour rappel, j'ai publié au lendemain de la manifestation en question un compte-rendu sur une page du présent blog. Je soulignais que l'Union des Juifs Progressistes de Belgique ainsi que des juifs ultra-orthodoxes avaient participé à la manifestation sans rencontrer d'hostilité. Mes conclusions à ce sujet étaient proches de celles du journaliste de la Libre, qui disait n'avoir, pour sa part, pas constaté d'attitude antisémite - ce qui était d'ailleurs le ton général de la presse - . J'avais soumis ce petit compte-rendu, avant de le publier, à la critique de plusieurs personnes peu suspectes de négationnisme, l'une d'elles m'avait signalé une pancarte "Mort aux Juifs", et sur un autre blog, un participant disait avoir entendu des slogans en arabe, qu'il n'avait pas compris, mais qui comprenaient le mot "Yahoud" (juif), et "ça ne ressemblait pas à des déclarations d’amour". Ajoutons - je l'ai appris plus tard - qu'un calicot portait une tête de mort diabolique porteuse d'une kippa, coiffure traditionnelle juive, qu'une pancarte mentionnait le célèbre faux antisémite : "Protocole des Sages de Sion", et qu'une autre portait carrément "Juif = *croix gammée*". C'est trop. Sur une manifestation de 30.000 personnes (70.000 selon certains), alors que l'horreur déployée à Gaza bouleverse, on peut pourtant difficilement dire que ce soit beaucoup.

Mais chacun peut se tromper, même s'il a passé une bonne partie de sa vie à rédiger des compte-rendus, notamment de dizaines de manifestations. Bien qu'ayant parcouru deux fois la longueur du cortège, j'avais peut-être raté l'essentiel, ce "déferlement antisémite" dont parle le CCOJB. Mes amis aussi l'avaient peut-être raté, qui sait ?
J'ai donc visionné avec intérêt les photos et la vidéo mis en ligne par le CCOJB pour appuyer ses dires.

On entend longuement des slogans tels que "Nous sommes tous des Palestiniens", "Israël casse-toi, la Palestine n'est pas à toi", "Arrêtez les massacres", on entend scander "Allah Akhbar", on lit sur des pancartes : "Où sont les défenseurs des Droits de l'Homme ? ", "Israël terroriste", "A bas Bush", "60 years of terrorism", "Bush = *croix gammée*" etc... On voit l'Union des Progressistes Juifs de Belgique défiler sans encombre. Le communiqué du CCOJB s'indigne parce que certains manifestants brandissaient "des poupées empalées d'enfants ensanglantés". Ces poupées symbolisent les enfants palestiniens morts sous les bombes - c'est d'autant plus clair sur l'une des images mises en ligne par le CCOJB, car l'une de ces poupées est accompagnée d'une photo de palestiniens portant des cadavres d'enfants - . Qu'est-ce que cela a de scandaleux et/ou d'antisémite ?

Antisémitisme et antisionisme

Assimiler Livni à Hitler est bien entendu une imbécillité, peindre des svastikas sur des drapeaux israéliens aussi (ce qui fut fait asse
z souvent), mais combien de fois n'a-t-on pas peint des croix gammées sur des drapeaux états-uniens pendant la guerre du Vietnam et d'autres ? Assimiler l'ennemi aux nazis est une hyperbole condamnable mais qui a été utilisée dans d'innombrables polémiques. Faut-il rappeler le terme "nazislamisme", qu'on trouve sur des milliers de sites pro-israéliens (ainsi un groupe sioniste sur Facebook appelle à la "liquidation du nazislamisme", qu'il appelle également "tiermondo gaucho islamo fascisme") ? Et ici, ce à quoi on s'en prend, c'est au symbole d'Israël en tant qu'Etat (l'étoile était presque toujours dessinée en bleu, et le plus souvent entourée de barres, comme sur le drapeau), tout comme quand on brûlait le drapeau des USA à propos du Vietnam, de La Grenade ou de l'Irak. Le sionisme a confisqué un symbole du judaïsme, l'étoile de David, pour en faire le drapeau de sa cause, cause avec laquelle pourtant beaucoup de juifs n'étaient pas d'accord. Ce détournement permet de dire aujourd'hui, dès que quelqu'un s'en prend au drapeau israélien : "Regardez, ils s'en prennent à tous les juifs" (c'est sans doute pour cela que la Ligue des musulmans de Belgique avait demandé aux participants de ne pas brûler de drapeaux durant la manifestation, demande qui n'a pas été respectée).
Et ici, on touche à l'essentiel : le retour de la rhétorique selon laquelle s'en prendre à Israël, ce serait être antisémite. L'actuel président du CCOJB, Joel Rubinfeld, interrogé sur ses priorités après sa (très discutée) élection, répondait d'ailleurs d'une traite : "bien evidemment la lutte contre l'antisémitisme et l'antisionisme" plaçant à l'évidence les deux sur le même plan. Et le CCOJB affiche parmi ses buts le "soutien par tous les moyens appropriés à l'Etat d'Israël", considéré donc comme allant de soi pour toute organisation juive qui se respecte.
Le communiqué (tout comme la vidéo) pratique d'ailleurs un total confusionnisme, jetant pêle-mêle à la tête du lecteur "Les slogans antisémites, les drapeaux israéliens brûlés et ceux fièrement exhibés du Hamas et du Djihad islamique, tous deux inscrits sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, les étendards du Hezbollah, les calicots associant Israël au nazisme, ceux comparant Auschwitz ou Dachau à Gaza, les poupées empalées d'enfants ensanglantés, les posters de Hassan Nasrallah et de l'Ayatollah Khomeiny, les mannequins à la taille ceinte d'explosifs ou l'instrumentalisation indécente d'enfants". Je n'ai vraiment aucune sympathie pour l'ayatollah Khomeiny, mais brandir son portrait n'est à ma connaissance pas contraire à une législation belge. Je ne porte aucun amour au slogan "Allah Akhbar", pas plus d'ailleurs qu'à un Te Deum à la Basilique, mais il me semble que nos textes fondamentaux garantissent la liberté de culte. On peut trouver choquante (ou non) la glorification des ceintures à explosifs ou des roquettes, mais en quoi est-ce plus choquant que cette conférence organisée à Bruxelles le 5 mars avec une représentante de Tshahal, conférence dont l'affiche représente des soldates israéliennes l'arme en bandoulière et dont le communiqué souligne l'attachement des Israéliens à cette même armée qui a bombardé Gaza ? Va-t-on attaquer les organisateurs pour apologie des crimes de guerre ?
En revanche, comme je l'ai déjà écrit, "des pancartes portées par des jeunes issus de l'immigration témoignaient de leur ignorance de ce qu'est le nazisme, telles "Gaza, pire qu'Auschwitz", "Gaza, la nouvelle Shoah", ou encore des variations sur le thème "Israël = nazi". Ces slogans sont navrants à cause de cette ignorance, mais en même temps reconnaissent que la Shoah ou Auschwitz étaient des horreurs (même si ces jeunes n'en réalisent pas l'ampleur) et condamnables. On est donc loin ici de l'effrayante allégresse avec laquelle le public de Dieudonné acceuille le négationnisme et les moqueries concernant les camps de concentration".
(Cette ignorance concernant le nazisme n'est pas du tout le monopole des jeunes issus de l'immigration. En 2003, je mentionnai Auschwitz en présence d'une charmante blondinette de 15 ans. L'adolescente ne connaissait pas ce nom bizarre. Je lui dis que c'était un camp de concentration. Elle ne savait pas ce qu'était un camp de concentration. Je lui dis que c'était là que les nazis tuaient - entre autres - les juifs. Elle ne savait pas ce qu'étaient les nazis. Elle ne savait pas qu'il était arrivé quelque chose aux juifs dans les années '30 - '40. Elle est "belge de souche". Elle a de bons points à l'école).


Varsovie 1943

Une pancarte comme "No new holocaust" me paraît, certes injustifiée parce qu'elle ignore les spécificités du nazisme et compare de l'incomparable, mais elle reconnaît (même en la sous-estimant) la réalité de l'holocauste nazi et le condamne. De même, les pancartes "1943 : ghetto de Varsovie - 2009 : Gaza" impliquent un hommage aux combattants juifs polonais. Quoi que l'on pense par ailleurs de la comparaison, ce n'est pas de l'antisémitisme ou du négationnisme.

A propos de confusionnisme, l'une des photos "accusatrices" du dossier mis en ligne par le CCOJB montre un jeune qui porte une cagoule. Vu l'usage que la police fait des photos de presse, vu le fait que des photographes de la police peuvent fort bien opérer pendant les manifestations, on peut comprendre que certains choisissent de cacher leurs traits - sans compter que cela fait bien devant les copains - . On en pense ce qu'on veut, mais en quoi cela témoigne-t-il d'antisémitisme ou de négationnisme ? "A mort Israel" est un slogan absurde et inadmissible, mais qui s'en prend à un Etat, qui a hélas donné beaucoup de raisons sanglantes de ne pas l'aimer.
Une évidence s'impose devant les images : c'est que les dérapages - ceux qui méritent vraiment l'étiquette "antisémitisme" - sont quelques-uns, et surtout sont individuels : pas de tract, pas d'affiche imprimée, pas de mot d'ordre scandés dans des sonos, repris par des groupes ou des mouvements ; le plus souvent des griffonnages au marqueur. Compte tenu du contexte, compte tenu du cadeau que la politique israélienne représente pour les antisémites, compte tenu des évaluations qui vont de 30.000 à 70.000 manifestants, on pouvait craindre bien pire, et parler de "déferlement antisémite" me paraît banalisateur et irresponsable. Faut-il rappeler aux dirigeants du CCOJB à quoi ont ressemblé des déferlements antisémites ?

C'est d'ailleurs ce manque de matière première qui oblige le CCOJB à pratiquer l'amalgame, mettant sur le même pied que l'antisémitisme la présence d'enfants ou les drapeaux de ce Hamas dans les bras duquel Israël a jeté les Palestiniens ( Jean François-Poncet, ex-ministre français des Affaires Etrangères, aujourd'hui vice-président UMP de la commission des affaires étrangères du Sénat, a rencontré le responsable politique du Hamas K. Mechaal. Il estime que le Hamas est désormais ouvert au dialogue avec Israël et doit être considéré comme un interlocuteur à part entière. Le CCOJB ou son équivalent français vont-ils attaquer M. Poncet en justice ? ).

Pour ceux qui croient que seuls les musulmans voient, non pas une identité (qui n'existe évidemment pas) mais matière à questionnement sur les rapports entre les agissements d'Israël et la mémoire de la Shoah, on peut signaler par exemple l'attitude de l'écrivain Jean-Moïse Braitberg, qui demande à Israël de faire retirer du Mémorial de Yad Vashem le nom de son grand-père et ceux de tous les membres de sa famille morts en déportation, après les crimes commis à Gaza : "retirez le nom de mon grand-père du sanctuaire dédié à la cruauté faite aux juifs afin qu’il ne justifie plus celle faite aux Palestiniens." Sa lettre est parue dans Le Monde du 28 janvier.

L'Arroseur Arrosable

Le CCOJB accuse les organisateurs de complicité avec des actes d'antisémitisme et de négationnisme commis par quelques personnes, parce qu'ils sont organisateurs. On peut très facilement retourner contre le CCOJB sa propre argumentation. Que lit-on sous sa vidéo, sur Youtube ?
"Une honte, pure honte que Thielemans le "DHIMMY" (NB : non musulman qui accepte de vivre sous la charia) autorise cela à Bxls ! envoyez donc tout ce peuple vers Gaza, sans billet de retour !" ("Schande, pure schande dat "DHIMMY" Thielemans zo iets wel toelaat in Bxl! Stuur da volk toch allemaal richting gaza...zónder retour! ") , "L'Europe s'est debarrassee de 6 millions de Juifs intellectuels, la creme de l'elite, pour les remplacer par 20 millions d'arabes fanatiques, sanguinaires, prehistoriques, illettres, qui detruisent les communautes qui les acceuillent, au lieu de s'y integrer. Bientot la Belgique deviendra la Belarabie. Flamands, Wallons, ne vous disputez plus, bientot vous serez tous arabises.", "une Belgique musulman ? JAMAIS !", "bientôt la Belgique sera un satelite de l'iran ", "De nos jours, quand les musulmans manifestent et hurlent des slogans appelant à la haine, à la xénophobie, à l'antisémitisme et à la destruction de notre tissu social, on appelle ça "manifestation pacifique" dans nos médias". "oui, c'est ça qui se passe!!, apuyé par les politiciens francophones du pays. / Le 7 juin, vous avez le choix pour faire vos votes! " "Y en a marre de ces extremistes de tout poil qui ne respectent ni les gens qui les tolèrent, ni leur pays d'accueil. Au lieu de manifester pour avoir la paix, ils manifestent pour avoir la guerre! Bande de primates, cautionnés par des poli"toquards" lèche-bottes", "Et ça se passe en plein coeur de l'Europe! / On aurait pu croire que c'était en Iran! /A quand les expulsions pour les islamo fascistes? ", "les drapeaux du hamas et du hezbollah flottent sur la belgique ce qui prouvent l islamisation générale de la belgique . meme les politiques sont : "dhimmis" ! "
Ces phrases ne fleurent-elles pas bon l'extrême-droite et la xénophobie ? Le CCOJB s'indigne de ce qu'on assimile la politique israélienne au nazisme, mais l'un de ses supporters traite les manifestants de "nouveau Sturmabteilung" - en quoi est-ce plus acceptable - ? A quand, dès lors, une action en justice contre le CCOJB pour incitation à la haine et à la xénophobie ? Bien sûr, ce serait absurde, mais c'est ce qu'il fait en prétendant s'en prendre aux organisateurs de la manifestation, avec une différence, c'est que ici, ce n'est pas un 3.000ème, mais une bonne moitié des commentaires qui est de cette eau !

Insignifiant ?

Ce qui est excessif est insignifiant : le CCOJB s'en prend à tous les partis et organisations ayant pris part à la manifestation (il épargne néanmoins le MR dont certains élus ont pourtant manifesté), et les juge coupables de complicité avec le négationnisme et l'antisémitisme. On pourrait, sans y prêter trop d'attention, laisser ce Comité à sa manoeuvre plutôt ridicule. Mais ce serait négliger un aspect consternant : c'est que le CCOJB se bat fiévreusement pour entretenir plus que jamais la confusion entre "être opposé à la politique israélienne" et "être antisémite". Ce faisant, il banalise l'antisémitisme, amenant à confondre l'opposition à la politique d'un Etat avec une doctrine raciste dont l'application fut particulièrement hideuse. Il tente d'amalgamer, une fois de plus, la lutte contre la politique d'Israël et l'antisémitisme. Le fond de sa manoeuvre est de vouloir faire interdire toute manifestation anti-israélienne, si c'est faisable, mais sinon, la rendre stigmatisée dès le départ, imbuvable, inadmissible pour l'opinion, et ainsi discréditer toute forme d'opposition à la politique d'Israël, tels les appels contre les accords UE-Israël, ou pour le boycott des produits israéliens.

Pour ceux qui me soupçonneraient de faire partie de ce courant (suicidaire) qui rêve d'une alliance entre la gauche radicale et les islamistes, je répète ce que j'ai écrit ailleurs du Hamas, que c'est une organisation dont les fondements sont bellicistes, réactionnaires, obscurantistes et antisémites, même si sa pratique politique est aujourd'hui fort éloignée de sa consternante charte de fondation. Je renvoie également à tout le mal que j'écris du port du voile islamique à l'école (et ailleurs) - ce qui ne m'empêche pas de vivre heureux depuis 24 ans dans un quartier à dominante musulmane -. Néanmoins, je ne suis plus sûr, à force de voir les communautaristes des deux camps jouer avec les mêmes allumettes, que mon nom juif ne me vaudra pas, d'ici dix ans, des graffiti sur ma porte...

On trouvera de nombreuses autres réflexions concernant cette problématique sur une page du blog d'Henri Goldman, "L'Etoile Juive et la Croix Gammée".

Pas gaie la pagaille

Tout ceci ne s'écrit pas de gaieté de coeur. Il faut certes tenir compte de la réflexion d'Irène Kaufer : "Je crains que ce ne soient pas quelques dérapages mais une forme de « négationnisme soft » qui s’installe insidieusement. Des termes comme « massacres » ou « assassins » ne suffisent plus, il faut une inflation de mots, de ceux qui font mal mais qui surtout, perdent leur sens." Il faut rappeler les lignes écrites en 1982 par Marcel Liebmann (plus longuement reprises ici ) : "il y a des antisionistes avec lesquels nous ne saurions faire bon ménage. Tous ceux, d’abord, qui camouflent leur haine des Juifs en une haine d’Israël. Ils sont moins nombreux qu’on veut nous le faire croire, mais cela ne nous incite pas à plus de complaisance à leur égard. En fait nous n’avons rien en commun avec ces gens-là (ne fût-ce que parce que nous n’éprouvons aucune haine envers le peuple israélien)". J'approuve Henri Goldman quand il souligne : "Ce serait une catastrophe si l’impression prévalait que chacun a choisi son camp en fonction de son identité ethnique ou religieuse : les Arabo-musulmans obligatoirement d’un côté, les Juifs obligatoirement de l’autre, tandis que ceux qui ne sont ni juifs ni musulmans resteraient au balcon en distribuant souverainement les bons et les mauvais points aux uns et aux autres." J'exprimais d'ailleurs la même crainte le 12 janvier. Cette image-là, communautaire, religieuse, juifs contre musulmans, l'action du CCOJB la renforce. Je pense que toute présence, toute intervention qui se fera au nom de la raison, des droits humains, de la justice et du droit des peuples sera utile pour contrebalancer . Et donc, dans de mêmes circonstances, toutes choses étant égales par ailleurs, j'annoncerai à nouveau une pareille manifestation.
Or, dans son communiqué, "Le CCOJB se réserve la possibilité de déposer plainte pour ces faits contre chacun des appelants à manifester.". J'ai annoncé cette manifestation sur le présent blog. Je persiste et signe. Je signale donc aux dirigeants du CCOJB que s'ils agissent comme ils s'en "réservent la possibilité", je revendique qu'ils déposent plainte contre moi. Négationnisme, racisme, antisémitisme et xénophobie : cela surprendra les mânes de mon père, porteur de l'étoile jaune, hôte de divers camps, celles de sa mère gazée à Auschwitz, et celles de mon grand-père maternel mort dans les caves de la Gestapo.

*****************************************************************************************************
NB : Il est bien sûr permis de diffuser cet article, en mentionnant la source.



Mots-clef : Palestine, Israël, antisémitisme, racisme, négationnisme, manifestation, Bruxelles, CCOJB, plainte

2 commentaires:

Josy Dubié a dit…

merci Tom

Josy

atunoa a dit…

Super bon papier et pour faire suite à ce sujet je vous propose un document, créé par une personne d'origine juive, qui a fait un excellent résumé de la question israélienne cliquer ici, et tant que j'y suis un autre super papier pour que Tom ouvre un peu les yeux sans avoir trop de tarte à la crème à Mesnil cliquer ici