lundi 12 janvier 2015

On peut pleurer de tout, mais pas avec n'importe qui.

Desproges disait : "On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui". Remplaçons "rire" par "pleurer", et voilà mon sentiment après les manifestations qui ont déferlé sur la France hier. Manifs pour quoi ? Contre le terrorisme ? Certes. Vaste programme. Éminemment respectable, mais qui hélas fera planer des menaces sur les libertés publiques, si l'on suit la voie qu'après le 11 septembre 2001, les USA avaient suivie avec le « Patriot Act », ce qui doit tenter l'un ou l'autre gouvernement.
Manifestation pour la liberté d'expression ? Ont manifesté à Paris, note "Le Monde",  "le premier ministre turc Ahmet Davutoglu, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, le président de la République gabonaise Ali Bongo, le roi et la reine de Jordanie Abdallah II et Rania, le chef du gouvernement hongrois Viktor Orban, le ministre des affaires étrangères égyptien Sameh Choukryou encore Naftali Bennett, ministre de l'économie israélien (...) leurs pays respectifs sont très mal placés sur le classement mondial 2014 de la liberté de la presse réalisé par Reporters sans frontières (RSF) : sur 180 pays, la Turquie est 154e, la Russie 148e, la Jordanie 141e, le Gabon 98e, Israël 96e et la Hongrie 64e".
 Pour ne pas parler de démocratie tout court. On trouve aussi le FN, alors que "Par le passé quand il y a eu des villes Front National, les premières ciblées ont toujours été les associations culturelles" (La ministre de la Culture Aurélie Filippetti dixit). Ce qui ne diminue en rien bien sûr l'immense sincérité de la majorité des participants.


La suite :

Mais manifestation sous l'omniprésent « Je suis Charlie ». Or, petite contradiction, ce logo a certainement été affiché ou brandi à des centaines de milliers d'exemplaires, mais Charlie Hebdo vendait 45.000 exemplaires, ventes à l'étranger comprises, dans un pays de 66,6 millions d'habitants, et avait lancé un appel au secours vu l'état de ses finances. Cela veut dire que parmi ceux qui l'ont utilisé, beaucoup ne connaissaient même pas le journal. 

« Gigantesques manifestations contre Charlie Hebdo »

Ce titre m'a tenté, mais il est exagéré. Seulement, voir un portrait de Charb, directeur de la publication, entre deux drapeaux tricolores ? Aurait-t-on drapé le cercueil de Jean-Paul 2 dans la faucille et le marteau ? Faut-il rappeler où Charlie Hebdo se met ce genre de symboles ? Entendre des dizaines de milliers de voix clamer « Qu'un sang impur abreuve nos sillons » au nom de Cabu, Wolinski et consorts, cela a dû les faire gerber sur les nuages du Paradis. Luz, membre survivant de la Rédaction, déclare : "Cet unanimisme est utile à Hollande pour ressouder  la nation. Il est utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort" (...) "On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d'attitude". (...) "Au final, la charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé" .


Demain, l'emballement, qui rappelle à plus d'un égard la Marche Blanche, sera retombé. Qu'en restera-t-il ? Luz demande aussi : « dans un an, que restera-t-il de ce grand élan plutôt progressiste sur la liberté d’expression ? Est ce qu’il va y avoir des aides à la presse particulières ? Est ce que des gens vont s’opposer à la fermeture des journaux ? Des kiosques ? Est ce que les gens vont acheter des journaux ?" Voilà un autre ton que l'appel de Marine Le Pen qui demande que l'on « libère la parole », mais ajoute tout de suite « contre le fondamentalisme islamique ». Et les autres paroles ? L'icône du FN a donné la réponse par son comportement. Quand Charlie Hebdo l'a caricaturée sous forme d'un étron, et que Ruquier a montré le dessin en TV, elle a porté plainte contre Charlie et France 2. Comme le note Libé, «  Le Front national a l’humour sélectif, le parti ou ses filiales ayant porté plainte pour diffamation ou injure contre Charlie Hebdo à une dizaine de reprises au moins. » 


Retour au blog

Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.
Mots-clef : Charlie Hebdo, terrorisme, politique, récupération, manifestation

2 commentaires:

Hughes Maréchal a dit…

Merci Tom pour tes décryptages pleins de sagesse et de métier...
Intéressantes analyses ce midi de Bichara Khader. On a très peu parlé des causes profondes qui radicalisent des personnes au point de passer à l'acte. Il soulignait ce midi le sentiment d'humiliation, de frustration ressenti par des jeunes face au flot continu d'informations sur des populations en souffrance en Irak, Syrie, Palestine, ... Le paradoxe, c'est que ces souffrances ont été souvent dénoncées par Charlie Hebdo. C'est dommage qu'elles ne jettent pas 2 millions de personne dans les rues. Sortir de l'émotionnel pour faire appel à la détermination et à l'intelligence ! Amitiés Hughes

BLUME a dit…

Merci, tout simplement. Marianne Blume