mercredi 22 mai 2013

Amen pour Femen ?


La vidéo figure dans "Plus d'info".

Il y a quelques jours (le dimanche 12 mai 2013), les Femen m'ont fait sourire. Ce qui n'arrive pas souvent. Mais cette fois, le coup était assez comique ; des groupes d'extrême-droite (Union sacrée des patriotes, Jeunesses nationalistes, Renouveau français, Action française, Œuvre française, des membres du groupe belge Nation...), aux effectifs d'ailleurs squelettiques et divisés malgré une bandrole de tête "Union sacrée des patriotes", défilaient pour rendre leur hommage annuel à Jeanne d'Arc. Alors que le cortège allait se disperser, quatre Femen sont apparues au balcon d'un immeuble, évidemment seins nus, et ont nargué les manifestants en déployant une banderole portant les mots "Sextermination for Nazism".
La Suite de l'Article :
Les dignes défenseurs de la France Eternelle, Fille Aînée de l'Eglise ont démontré leur amour des traditions chevaleresques en hurlant entre autres "Femen au bûcher" ou "Femen salopes". Après avoir brandi quelques fumigènes allumés, les jeunes femmes ont été évacuées par les pompiers et emmenées au poste.

L'événement en images :


Les Femen narguent un rassemblement d'extrême... par lemondefr

Cette action a au moins le mérite d'être drôle, à défaut d'être convaincante (quelque mal qu'on pense des groupes nationalistes ultra, leur idéologie n'est pas le nazisme, même s'il s'y trouverait probablement, le cas échéant, des gisements de collaborateurs). Mais si l'on dresse un bilan plus global des actions menées par les Femen, qu'est-ce qui en résulte ? Que souhaite-t-on d'un mouvement qui se dit "néoféministe" ? Si c'est se bidonner parce que les bigots ont été choqués (mais pas seulement eux), si c'est se marrer parce que des femmes montrent leurs seins à Mgr. Léonard lors d'un débat, bon (c'est vraiment marrant ? En tout cas, il paraît qu'il a conquis la salle et que les Femen l'y ont aidé : "cela lui a immédiatement attiré la sympathie d’un auditoire qui ne lui était pas vraiment favorable ", dixit son contradicteur Guy Haarscher). En revanche, si on veut que les revendications féministes progressent dans l'opinion des grandes masses, et pas d'une poignée de convaincus, je trouve désastreux que - vu que leurs actions sont ultra-médiatiques - l'image du féminisme donnée à des millions de gens soit celle d'une micro-poignée de filles auto-baptisées "sextrémistes" qui apparaîtront comme des exhibitionnistes hurleuses et un peu timbrées. Et cette image spectaculaire prendra bien plus de place dans l'esprit du grand public que les efforts de celles et ceux qui luttent contre la précarisation des femmes, les difficultés des mères célibataires ou bossent dans des centres de planning familial, ou dans la formation etc.

"On vit l'ère du numérique"

On m'a répliqué à ce sujet : « On vit l'époque du numérique, on est dans le visuel, et elles ont une portée au delà de nos frontières, c'est çà le net ... et ce sont les nouvelles générations qui ne vont pas attendre une nouvelle "Madame de Beauvoir" pour se revendiquer du néo féminisme ».

Qu'elles "ont une portée au delà de nos frontières", certes. Une portée que je trouve, voir ci-dessus, très contre-productive. Une portée qui coïncide avec une époque où "Je ne suis pas féministe, hein !" est devenu une précaution oratoire courante que leur comportement encourage. Dire "portée au delà de nos frontières grâce au numérique et à l'impact visuel" peut d'ailleurs parfaitement s'appliquer à des phénomènes catastrophiques comme l'irrésistible ascension des théories conspirationnistes ou le succès de Dieudonné. L'inégalité face aux salaires, face aux carrières, la précarité des femmes, le préformatage lors des études, tout cela est totalement absent de ce féminisme dont l'image est réduite à celles de jolies filles jeunes et dénudées. Dans une série intéressante d'interviews, leurs représentantes déclarent "On n’a pas peur de déplaire à l’opinion publique." ou «nous ne sommes pas là pour être aimées", semblent fort indifférentes à l'impact de leurs actions, ainsi d'ailleurs qu'à la réflexion. Une autre déclare « Le féminisme classique est une vieille femme malade qui ne marche plus. Il est coincé dans le monde des conférences et des livres. » . Quand Charlie-Hebdo ouvre ses colonnes aux Femen (Les Femen squattent Charlie Hebdo, 04 mars 2013), le dessin de couverture montre une femme seins nus brandissant des testicules : cliché machiste (la féministe castratrice) qui a peu de chances d'amener beaucoup de travailleuses au féminisme. Idem pour une affiche montrant trois femmes nues, peintes en bleu-blanc-rouge, avec le slogan "Françaises, déshabillez-vous !". Voir l'article "Femen partout, féminisme nulle part", et pour une critique féministe émanant d'un mouvement tunisien qui a voulu collaborer avec Femen, "Ha ! Les Femen" ).
Des actions qui servent l'adversaire
(Nudity DOES NOT liberate me and I DO NOT need saving)
A propos de la Tunisie, un chroniqueur tunisien note : "En clair, afficher des revendications par ces méthodes radicales, perçues par l’écrasante majorité de la population tunisienne comme étant «étrangères à nos coutumes», serait du pain béni pour les partis les plus traditionnalistes. De quoi renflouer l’électorat d’Ennahdha, et remonter à bloc ses troupes quelque peu démoralisées. Rien de tel qu’un adversaire aussi caricatural pour rassembler les rangs dispersés."
(PS : Cela n'empêche pas de condamner la répression qui frappe la Femen tunisienne Amina Tyler, arrêtée, au départ, pour détention illégale d'un spray lacrymogène et pour avoir chaulé le mur du cimetière d'une mosquée. Mais les charges viennent de s'alourdir au point qu'elle risque six à douze ans de prison. Impossible de présumer si un certificat médical attestant de ses troubles psychiatriques jouera en sa faveur. Comme l'a déclaré la blogueuse tunisienne Henda Hendoud, « Il n'y a pas d'exception aux droits de l'Homme, Amina est une activiste, une femme qui essaye de se défendre, ce serait une honte de la laisser tomber aujourd'hui ». J'ai donc signé la pétition, même si je ne partage pas d'autres aspects de l'avis que Henda Hendoud développe à ce sujet. Trois Femen européennes venues soutenir Amina sont également détenues. Leur procès va s'ouvrir, pour « outrage public à la pudeur » et « atteinte aux bonnes mœurs »). A ce sujet, lourde gaffe, les Femen, en solidarité avec cette militante tunisienne, ont brûlé en avril un drapeau utilisé par les salafistes, mais qui portait la profession de foi que doit proférer tout musulman - qui n'est donc pas du tout une exclusivité des islamistes mais une base de toute pratique musulmane ; de plus, comme le note Le Monde Des Religions, elles ont choisi comme lieu de cette action la Grande Mosquée de Paris. Or celle-ci est si peu considérée comme un bastion des islamistes que son recteur, Dalil Boubakeur, a reçu de ceux-ci des menaces de mort...
Enfin, le 21 mai (2013), l'essayiste d'extrême droite Dominique Venner s'est suicidé dans Notre Dame de Paris, d'une balle dans la bouche, pour appeler les Français à des "gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques" pour "réveiller la mémoire de nos origines". Aujourd'hui, une membre de Femen a mimé son geste avec un revolver en plastique, devant l'autel de la cathédrale, en ayant marqué sur sa poitrine "May Fascism Rest In Hell", "que le fascisme repose en enfer". Lourde caricature marquée de nudité et de hurlements, qui cette pantomime, bien sûr médiatisée, aura-t-elle convaincu et de quoi ? Selon France Inter, le mouvement compterait en France une vingtaine de militantes actives et une périphérie de quelques dizaines, mais ses rangs s'effilocheraient au rythme des désaccords internes. Amen pour Femen ?

Retour au blog 

Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil. 
Mots-clef : Femen, féminisme, extrême-droite, islam, France, Jeanne d'Arc, Tunisie

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci !
Je suis une féministe convaincue, militante du quotidien...
Mais peut-on souligner qu'il y a un monde infini entre la féministe-extrémiste-castratriste-caricature-moustachue-qui-brûle-son-soutien-gorge-et-déteste-la-gent-masculine et les Femens ? Peut-on recentrer l'attention sur les vrais débats et lâcher les seins ?
Merci de le faire Tom...

Justine

Blue Kiss a dit…

"Peut-on recentrer l'attention sur les vrais débats"
C'est mon souhait le plus cher.
"et lâcher les seins".
Cela, par moments, j'y serais réticent. ;-)