lundi 12 avril 2010

Peut-On Caricaturer Les Prêtres Pédophiles ?


J'ai trouvé drôle la caricature ci-contre, publiée en couverture par un journal allemand. Je l'ai publiée sur Facebook... où elle a suscité une gerbe d'étincelles de "contre" et de "pour". Il est vrai qu'elle en a fait autant en Allemagne. Je ne m'attendais quand même pas à lire, entre autres, à mon égard : "Vous goûtez la pornographie" ou : "On peut défendre la liberté de pensée et être odieux...".
Puisque la chose suscite le débat, je persiste et récidive ici, en résumant les critiques :
- cette publication blesse les catholiques et représente du poivre sur leurs blessures ;
- cette publication est inutile ;
- tous les curés ne sont pas pédophiles ;
- pourquoi caricaturer/critiquer les prêtres pédophiles et pas les autres pédophiles, pères violeurs etc ?
Je n'avais pas l'intention d'écrire à propos de la vague qui secoue actuellement la barque de Saint Pierre, mais ces propos polémiques imposent quelques points sur quelques "i".

La Suite De L'Article :

- Mon idée n'était pas d'utiliser les scandales actuels pour participer à une offensive "athéisme contre religion". C'est un mouvement qui se dessine, je n'en serai pas.
- La seule raison pour laquelle j'ai publié ce dessin est que, comme certains de mes commentateurs d'ailleurs, je l'ai trouvé drôle. D'où viennent rire ou sourire ? Généralement (cf. Bergson et autres) d'un contraste, d'un paradoxe. Il serait très difficile de trouver quelque chose de drôle sur la pédophilie ordinaire, les pères violeurs, etc. évoqués plus haut : il n'y a là généralement que tragédie et sordide, sans paradoxe, sans contraste. Que nous montre, au contraire, cette caricature ? Le contraste aveuglant entre un homme totalement incapable de maîtriser ses pulsions sexuelles, même envers le symbole de la religion qu'il incarne, et sa fonction : cet homme représente une religion qui porte la chasteté au pinacle des vertus morales, et cherche à l'imposer à ses ouailles par tous les moyens. C'est une représentation, par la caricature, de ce qui est aujourd'hui de plus en plus largement révélé.

Le Regard Amer D'Un Prêtre

- "Tous les prêtres ne sont pas pédophiles". Bien sûr (manquerait plus que ça !), et toute ma sympathie inchangée va à ceux d'entre eux pour qui "s'occuper des petits" signifie simplement "venir en aide aux pauvres et aux sans-grade". Mais - je cite par exemple la Libre d'aujourd'hui - "Les évêques belges n'ont pas pris les plaintes des années nonante très au sérieux. (...) Rik Devillé était un des initiateurs du groupe de travail 'droits de l'homme dans l'Eglise', qui a accompagné plus de 300 enfants victimes d'abus entre 1992 et 1998.(NB : oui, 300 plaintes sur 6 ans pour la petite Belgique). "Le prêtre pensionné jette un regard amer sur cette période. "De toutes ces plaintes, quinze seulement ont abouti, soit à peine 5 pc". Aboutir signifie, généralement, une mutation, point. Or, des révélations sur des pratiques de grande ampleur et sur des plaintes étouffées viennent actuellement de Belgique, d'Irlande, des USA, des Pays-Bas (1100 actes signalés sur 20 ans), du Mexique, d'Allemagne, d'Autriche, d'Italie, d'Australie.

- On n'attaquerait pas une caricature anti-nazie sous prétexte qu'elle blesserait les Allemands : la majorité des Allemands sont aujourd'hui suffisamment lucides pour considérer le nazisme comme un cancer de leur histoire, pas comme une partie constitutive de leur être politique.
De même, je veux croire que la majorité du peuple catholique est révoltée par l'ampleur révélée du scandale qui touche une partie de son clergé (scandale que je ne compare pas ici au nazisme, qui est évidemment d'une autre nature et d'une autre dimension dans l'horreur). Mais en disant cela, il faut bien ajouter que les mesures prises pour protéger les coupables n'étaient pas des actes isolés qu'un dirigeant aurait pu poser sans aide de ses pairs. Aucun membre de la haute hiérarchie ne pouvait ignorer ce qui se passait. Nul, pendant des décennies, n'a poussé le moindre cri d'alarme (y compris un Mgr. Gaillot, qui, au moins, reconnaît avoir su et s'être tu), n'a brisé la loi du silence, et donc, oui, "les cardinaux en costume", qui répandent l'homophobie, qui vantent la chasteté et prétendent l'imposer à leurs subordonnés, qui veulent renvoyer l'avortement à l'enfer de la clandestinité, qui condamnent ceux qui s'aiment hors mariage, ont été clairement et consciemment complices. Si j'étais catholique, j'irais donc, comme jadis Luther ses Thèses, placarder cette caricature sur les portes des églises.


Cliquez ici pour recevoir chaque mois une liste des nouveaux articles de ce blog. Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.


Mots-clef : prêtres, pédophilie, religion, morale, Vatican

4 commentaires:

tchouf a dit…

très bon article Tom, est-ce par hasard que tu parles du nazisme et du catholicisme?, ces derniers se taisaient aussi pendant cette noire période il me semble

Tom Goldschmidt a dit…

Intéressante question ... mais qui nous emmènerait au-delà du cadre déjà très polémique du sujet ;-)

Anonyme a dit…

Bonjour. Un article sur le sujet me paraîtra toujours trop court. L'intérêt du présent article me semble être de s'essayer à la création d'un intéressement en partant de divers ressentis. N'est-ce pas là l'intérêt de caricatures qui ne sont que rarement ce qu'on en dit?

Ce qui est présenté là n'est pas une réflexion seulement sur un "milieu", mais aussi sur la mesure et ce qui est à mesurer, sur l'accessibilité à ces critères. La liberté d'expression n'est pas que celle du caricaturiste.

Quant au silence... Nous acceptons très bien de nous taire sur diverses thématiques! Sommes-nous catholiques et/ou nazis? Par exemple, la figure, légale et populaire encore, du "toxicomane" est une caricature rarement mise en questions.

Ne nous intéressant qu'aux caricatures et leurs auteurs, nous créons du silence, le nôtre, celui d'une société ne s'interrogeant plus sur ce qu'elle crée et ce qui la crée.

Serai-je catholique, je vous accompagnerai afin de placarder cette caricature sur "nos" églises.

Merci! Prenez soin de vous.

Olivier Hofman

HuyCMoi a dit…

Dommage que sur la caricature Jésus soit adulte. Espérons que cette petite pointe d'amalgame homo-pédo n'était pas voulue.