mercredi 12 novembre 2008

..."si grossièrement interrompu..."


"Before We Were So Rudely Interrupted". D'accord, c'est le titre d'un album des Animals, mais d'où vient cette phrase devenue légendaire : "Before I was so rudely interrupted" ? Elle est citée dans des dizaines de textes, mais apparemment personne ne se souvient de sa jolie histoire, qui n'a rien à voir avec le rythm 'n blues et est née dans des circonstances bien plus tragiques qu'une session d'enregistrement...

L'expression est due à Bill Connor (photo), chroniqueur à partir de 1935 dans les pages du London Daily Mirror. Connor, sous le pseudonyme de Cassandra, était connu pour égratigner jusqu'au sang ses victimes avec une plume trempée dans le vitriol. La guerre le força à changer d'arme, il quitta son bureau pour l'habitacle d'un tank, puis reprit le stylo, mais au service d'information de l'armée. La paix revenue, il réintégra la Rédaction du Mirror, et entama sa première colonne par ces mots "Comme je le disais avant d'être si grossièrement interrompu,..." ("As I was saying before I was so rudely interrupted..."), interrompu bien sûr par la déclaration de guerre. Une légende urbaine attribue aujourd'hui la phrase à une speakerine de la BBC, ce que la BBC elle-même a démenti, mais sans rétablir la vérité. Plus de détails sur Bill Connor dans les archives de Time Magazine .
Enfin, si l'album des Animals porte ce titre, c'est parce qu'il fut enregistré, en 1977, après une longue séparation du groupe.

Mots-clef : guerre mondiale, grande-bretagne, journalisme, citations, Histoire

2 commentaires:

Annette a dit…

On a aussi attribué cette phrase à François Mauriac reprenant la plume après 1945 (dans le Figaro?). Faussement apparemment. Ou était-ce une citation?

Tom Goldschmidt a dit…

On ne prête qu'aux ... ;-)